Image

Influence du diabète sur le foie

Le diabète sucré affecte négativement l'état de tous les organes vitaux. Le foie parmi eux souffre l'un des premiers, car à travers lui passe tout le temps le sang. L'une des fonctions de cet organisme est la création et le maintien d'une réserve de glucides glucidiques et la régulation du métabolisme. En raison des troubles endocriniens, la filtration du sang dans le foie s'aggrave, au cours de laquelle il doit être purifié à partir de substances toxiques, d'hormones, d'allergènes et de produits du métabolisme. Mais il existe également une relation inverse, car certaines maladies du foie elles-mêmes peuvent provoquer le développement du diabète de type 2. Le plus souvent, cela est dû à la malnutrition et à un mode de vie sédentaire.

Le rôle du foie dans le métabolisme des glucides

Le foie est un dépôt de glucose qui est stocké sous la forme de glycogène polysaccharide, composé de divers résidus glucidiques. Sous une nécessité biologique, sous l'influence des enzymes, le glycogène se décompose en glucose et pénètre dans le sang. Un processus biochimique important est également présent dans le foie: la gluconéogenèse. C'est une réaction à la formation de glucose à partir d'autres substances organiques. La gluconéogenèse permet à l'organisme de reconstituer les réserves de glucides dans des conditions extrêmes: avec un effort physique exténuant et une famine prolongée.

Le diabète sucré et le foie sont étroitement liés, ce qui nuit au bien-être du patient et à son état de santé général. Dans les cellules de cet organe, le taux d'enzymes nécessaires à la liaison du glucose diminue. De ce fait, il pénètre dans la circulation sanguine bien plus que nécessaire. Cette réaction ne s'arrête pas même avec l'hyperglycémie, bien que normalement, dans une telle situation, le foie devrait cesser de jeter du sucre dans le sang et commencer à créer un dépôt de glycogène.

La gluconéogenèse est un phénomène fréquent dans le diabète sucré, qui peut provoquer une augmentation soudaine de la glycémie chez un patient. Ce mécanisme commence également à fonctionner de manière incorrecte et est lancé non seulement dans les situations où il est nécessaire. Le tissu graisseux du foie augmente de volume en raison d'un manque d'insuline dans le diabète de type 1 et d'une accumulation excessive de triglycérides. Cela conduit à une hépatose hépatique grasse et à une augmentation significative de son volume, à une perturbation du travail normal et à des problèmes digestifs.

Le diabète de type 1 est souvent associé à une hépatite non infectieuse. Dans le contexte de la pathologie pancréatique, le patient peut commencer à produire des anticorps contre les cellules de son propre foie. Dans ce cas, on parle d'hépatite auto-immune, qui nécessite une surveillance constante par un médecin et un traitement.

Cirrhose et hépatose graisseuse

La cirrhose est une maladie du foie chronique et caractérisée par une violation de sa structure normale. Le tissu conjonctif commence à croître trop et, dans ses cellules fonctionnelles, il y a des changements cicatriciels. Tout cela conduit à l'impossibilité d'un travail à part entière de l'organe et à l'aggravation du bien-être général du patient.

Les causes de la cirrhose comprennent:

  • infections virales;
  • abus d'alcool;
  • lésions fongiques;
  • invasions helminthiques.

En raison de la cirrhose, le foie ne peut pas décomposer de manière adéquate l'insuline, ce qui conduit à son niveau élevé dans le sang. La sensibilité des tissus à cette hormone diminue, la personne développe un syndrome métabolique, précurseur du diabète de type 2.

Si, toutefois, la cirrhose se développe dans le contexte du diabète sucré, ce qui est extrêmement rare, son pronostic devient plus défavorable et son évolution est rapide. En raison de troubles graves du métabolisme, le corps du patient s'affaiblit et ne peut normalement pas résister à d'autres maladies. La cirrhose chez les diabétiques peut être traitée beaucoup plus durement que les patients qui ne présentent pas d'anomalies du métabolisme des glucides. Cette caractéristique est l'une des raisons pour lesquelles les médecins diabétiques ne recommandent pas catégoriquement de boire de l'alcool.

L'hépatose graisseuse est une affection douloureuse du foie, dans laquelle une quantité importante de dépôts graisseux est déterminée dans sa structure. L'excès de graisse ne lui permet pas de fonctionner correctement, de sorte que le métabolisme et le risque de développer un diabète sucré insulinodépendant perturbent le patient. Mais l'hépatose peut également se développer chez les personnes déjà atteintes de diabète de type 1. En raison du déséquilibre hormonal dans les cellules du foie, des modifications douloureuses commencent à se produire et ne peuvent être évitées que par un régime alimentaire et des médicaments réguliers.

Symptômes de violations

Les maladies du foie ne perturbent pas toujours le patient au tout début de son apparition. Même l'obésité du foie peut être asymptomatique et se produire non seulement avec un poids corporel excessif, mais avec un poids normal. La douleur dans la région du foie se produit uniquement lorsque la capsule ou les voies biliaires sont entraînées dans le processus pathologique.

Il est important de noter que si vous observez de tels symptômes, consultez un médecin:

  • lourdeur dans l'abdomen après avoir mangé;
  • douleur dans l'hypochondre droit;
  • goût amer dans la bouche à jeun ou après avoir mangé;
  • ballonnements constants;
  • nausées et vomissements;
  • des éruptions cutanées sur la peau;
  • réactions allergiques fréquentes.

En eux-mêmes, ces symptômes n'indiquent pas nécessairement des problèmes avec le foie, mais seul un médecin qualifié peut comprendre cela et établir la véritable cause de la perturbation. En plus de l'examen externe et de la palpation de l'abdomen, une personne peut se voir attribuer des méthodes supplémentaires de laboratoire et des méthodes instrumentales.

Diagnostic

Un diagnostic rapide des troubles hépatiques vous permet de commencer immédiatement le traitement nécessaire et de réduire le risque de développer ses maladies graves à l'avenir. Tous les patients diabétiques doivent subir une échographie du foie, de la vésicule biliaire et des voies biliaires au moins une fois tous les six mois.

Des études en laboratoire en termes d'évaluation de l'activité fonctionnelle de cet organisme sont des analyses sanguines biochimiques informatives:

  • activité des enzymes AST et ALT (aspartate aminotransférase et alanine aminotransférase);
  • taux de bilirubine (direct et indirect);
  • niveau de protéines totales;
  • concentration en albumine;
  • concentration de phosphatase alcaline (APF) et de gamma-glutamyl transférase (GGT).

Avec les résultats de ces tests (appelés aussi "tests hépatiques") et la conclusion de l'échographie, le patient doit consulter un médecin et, en cas d'écart par rapport à la norme, ne pas s'auto-administrer. Après avoir établi un diagnostic précis et un diagnostic complet, un spécialiste peut recommander le traitement nécessaire, en tenant compte des caractéristiques de l'évolution du diabète.

Traitement

Étant donné que le foie souffre souvent de prendre beaucoup de médicaments agressifs, seule la quantité minimale de médicaments est utilisée pour le traiter, ce qui ne peut pas vraiment être évité. En règle générale, ils sont:

  • traitement médicamenteux de base visant à corriger le métabolisme glucidique (insuline ou comprimés);
  • hépatoprotecteurs (préparations pour la protection du foie et normalisation de son activité fonctionnelle);
  • l'acide ursodésoxycholique (améliore l'écoulement de la bile et neutralise l'inflammation);
  • complexes de vitamines et de minéraux;
  • lactulose (pour un nettoyage régulier du corps de manière naturelle).

La base d'un traitement non pharmacologique est un régime alimentaire. Avec les maladies du foie, un patient peut adhérer aux principes de nutrition recommandés pour tous les diabétiques. Une alimentation douce et un apport suffisant en eau aident à normaliser les processus métaboliques et la composition chimique correcte des aliments peut réduire les taux de glucose. À partir du menu du patient, le sucre et les aliments qui en contiennent sont totalement exclus: pain blanc et produits à base de farine, sucreries, viande et poisson gras, viande fumée et cornichons. À partir des légumes marinés, il vaut mieux s’abstenir car, malgré leur faible teneur en calories et leur faible teneur en glucides, ils peuvent irriter le pancréas et aggraver le foie.

Certains médicaments pour le traitement du diabète sucré ont une hépatotoxicité. Cette propriété négative, qui entraîne une perturbation du foie et des changements structurels douloureux. C'est pourquoi lors du choix d'un médicament permanent, il est important que l'endocrinologue tienne compte de toutes les nuances et informe le patient des effets secondaires possibles et des symptômes anxieux. Le contrôle constant du sucre et l'administration régulière d'analyses biochimiques du sang permettent de détecter l'apparition de problèmes dans le foie et de corriger le traitement à temps.

Maladies du foie dans le diabète: symptômes de maladies (cirrhose, hépatose graisseuse)

Le diabète affecte la santé du foie. Ce corps produit et stocke le glucose, il sert en quelque sorte de réservoir de sucre, qui est le carburant du corps, supportant le niveau de glucose nécessaire dans le sang.

Glucose et foie

En ce qui concerne les besoins du corps, le stockage du sucre ou sa libération sont signalés par le glucagon et l'insuline. En mangeant, il se produit ce qui suit: le foie est stocké avec du glucose, qui se présente sous la forme de glycogène, qui sera consommé plus tard, si nécessaire.

Un taux accru d'insuline a et des degrés de glucagon supprimés pendant la période de consommation contribuent à la conversion du glucose en glycogène.

Le corps de chaque personne produit du glucose, si nécessaire. Par conséquent, lorsqu'une personne ne mange pas (la nuit, l'écart entre le petit-déjeuner et le déjeuner), son corps commence à synthétiser son glucose. Le glycogène devient du glucose à la suite de l'hycogénolyse.

Par conséquent, un régime alimentaire pour les diabétiques, ou les personnes ayant un taux élevé de sucre et de glucose dans le sang, est si important.

En outre, l'organisme dispose d'une autre méthode pour produire du glucose à partir de graisses, d'acides aminés et de déchets. Ce processus s'appelle la gluconéogenèse.

Que se passe-t-il en cas de déficit:

  • Lorsque le corps subit une carence en glycogène, il fait de son mieux pour conserver l'apport continu de glucose aux organes qui en ont besoin - les reins, le cerveau, les cellules sanguines.
  • De plus, en plus de fournir du glucose, le foie produit une alternative au carburant de base pour les organes - les cétones dérivées des graisses.
  • Une condition préalable à l'apparition de la cétogenèse est une teneur réduite en insuline.
  • Le principal objectif de la cétogenèse est le stockage des réserves de glucose pour les organes qui en ont le plus besoin.
  • La formation de beaucoup de corps cétoniques n’est pas un problème commun, mais il s’agit là d’un phénomène assez dangereux. Vous pouvez donc avoir besoin de soins médicaux d’urgence.

Important! Très souvent une glycémie élevée le matin avec le diabète est une conséquence de la gluconéogenèse accrue la nuit.

Les personnes qui ne sont pas conscientes de cette maladie, comme le diabète, doivent toujours savoir que l'accumulation de graisse dans les cellules du foie augmente le risque de formation de cette maladie.

De plus, la quantité de graisse dans d'autres parties du corps n'a pas d'importance.

Hépatose grasse. Après de nombreuses recherches, on a constaté que l'hépatose grasse est un facteur dangereux pour le diabète.

Les scientifiques ont découvert que les patients atteints d'hépatose graisseuse couraient un risque élevé d'évolution vers le diabète de type 2 pendant cinq ans.

Un tel diagnostic, à l'instar de l'hépatose graisseuse, oblige une personne à prendre soin de sa santé avec soin, afin qu'il ne développe pas de diabète. Cela suggère qu'un régime sera utilisé, ainsi qu'un traitement complet du foie pour tout problème avec ce corps.

Le diagnostic de l'hépatose graisseuse peut être fait à l'aide de l'échographie. Une telle étude peut prédire la formation du diabète sucré, quelle que soit la concentration d'insuline dans le sang.

Faites attention! Même avec la même quantité d'insuline dans le sang, les personnes atteintes d'hépatose grasse présentent un risque double de développer un diabète sucré que celles avec lesquelles cette maladie (dégénérescence du foie) n'est pas familière.

Le diagnostic d'hépatose graisseuse est établi chez 1/3 de la population américaine. Parfois, les symptômes de cette maladie ne sont pas exprimés, mais la maladie peut entraîner une insuffisance hépatique et éventuellement des lésions hépatiques.

Hépatose graisseuse, dont beaucoup sont attribuées à une maladie hépatique alcoolique, mais cette maladie peut avoir d'autres causes et symptômes.

Important! L'obésité du foie a un effet sur la résistance à l'insuline.

Statistiques

Dans une étude publiée dans le Journal of Metabolism and Clinical Endocrinology, les chercheurs ont analysé comment l'hépatose grasse affecte le développement du diabète sucré.

Le projet impliquait 11 091 Sud-Coréens. Au début (2003) de l'étude et après cinq ans chez l'homme, la concentration d'insuline et la fonction hépatique ont été mesurées.

  1. Au stade initial de l'étude, l'hépatose graisseuse a été diagnostiquée chez 27% des Coréens.
  2. Dans le même temps, 60% des sujets testés présentaient une obésité, contre 19% qui ne présentaient pas de dégénérescence du foie.
  3. Chez 50% des personnes souffrant d’obésité hépatique, les pics de concentration d’insuline à jeun (marqueur de l’insulinorésistance) ont été fixés, contre 17% sans hépatose graisseuse.
  4. En conséquence, seulement 1% des Coréens n'ayant pas d'hépatose graisseuse avaient un diabète sucré (type 2), contre 4%, une dégénérescence du foie.

Après ajustement des marqueurs de l’insulinorésistance au stade initial de l’étude, la probabilité de développer un diabète était encore supérieure à celle de l’hépatose graisseuse.

Par exemple, chez les personnes ayant le plus haut niveau d'insuline, au début de l'étude sur l'obésité du foie, le risque de diabète était deux fois plus élevé.

De plus, au stade initial de l'étude, les personnes atteintes d'hépatose graisseuse étaient plus susceptibles de développer une carence en insuline (taux de cholestérol et de glucose élevés).

Ainsi, l'hépatose grasse augmente de manière unique la probabilité de diabète. Dans cette perspective, les personnes souffrant d'obésité hépatique ont besoin d'un régime spécial, qui devrait éviter l'utilisation de sucre, surveiller la glycémie et limiter la consommation d'aliments et d'aliments riches en glucides simples.

Faites attention! Ceux qui ont un poids supplémentaire, un tel régime, seront beaucoup plus minces, même si au cœur du régime, ce n'est pas tant pour perdre du poids que pour traiter et prévenir l'hépatose.

En outre, un régime alimentaire spécial implique l'abandon de l'alcool. Ceci est nécessaire pour la fonction complète du foie, qui remplit plus de 500 fonctions différentes.

Cirrhose du foie

Dans le processus de recherche avec la charge de glucose par voie orale, les personnes atteintes de cirrhose du foie ont souvent une hyperglycémie. Les causes de la cirrhose ne sont toujours pas bien comprises.

  • En règle générale, la cirrhose développe la résistance des tissus périphériques à l'insuline et diminue la clairance de l'insuline.
  • Le niveau de sensibilité des adipocytes à l'insuline diminue également.
  • En comparaison avec la catégorie témoin, la cirrhose réduit l'absorption d'insuline lors du passage primaire à travers l'organe.
  • En général, l'augmentation de la résistance à l'insuline est compensée par l'augmentation de la sécrétion de pancréas.
  • Il en résulte une augmentation de la teneur en insuline et une normalisation du degré de glucose dans le sang le matin et une légère diminution de la tolérance au sucre.

Parfois, après la prise initiale de glucose, la libération d'insuline diminue. Cela prouve l'arrêt de l'origine du peptide C. De ce fait, l'absorption du glucose ralentit de manière significative.

Le degré de teneur en glucose sur un estomac vide reste normal. Avec une hypoécrétion prononcée d'insuline, le sucre du foie pénètre dans la circulation sanguine, car il n'y a pas d'effet inhibiteur de l'insuline sur le processus de formation du glucose.

La conséquence de telles transformations est une hyperglycémie à jeun et une hyperglycémie sévère après la consommation de glucose. C'est ainsi que le diabète se forme et que cela doit être pris en compte dans le traitement.

La réduction de la tolérance au glucose dans la cirrhose peut être décelée avec un vrai diabète, car la teneur en glucose d'une personne qui ne mange pas de nourriture est fondamentalement normale. Dans ce cas, les symptômes cliniques du diabète ne sont pas exprimés.

Il n'est pas difficile de diagnostiquer la cirrhose chez les diabétiques. Après tout, lorsque l'insuffisance d'insuline n'apparaît pas comme des symptômes tels que:

  1. l'ascite;
  2. astérisques vasculaires;
  3. hépatosplénomégalie
  4. ictère

Si nécessaire, la cirrhose peut être diagnostiquée avec une biopsie du foie.

Le traitement de la cirrhose du foie implique l'utilisation de produits glucidiques, et ici, dans le régime de première intention. Au contraire, le patient se voit attribuer un régime spécial, en particulier, il est nécessaire pour l'encéphalopathie, le traitement est étroitement lié à la nutrition.

Indicateurs de la fonction hépatique

Avec le diabète compensé, aucun changement dans la fonction hépatique n'est observé. Et même si elles sont identifiées, leurs symptômes et leurs causes ne sont pas liés au diabète.

En violation du métabolisme des glucides, des symptômes d'hyperglobulinémie et des symptômes suggérant une augmentation du taux de bilirubine sérique peuvent apparaître.

Pour le diabète compensé, ces symptômes ne sont pas caractéristiques. Chez 80% des diabétiques, des lésions hépatiques dues à l'obésité sont observées. Il y a donc des changements dans le sérum: GGTP, transaminase et phosphatase alcaline.

L'hypertrophie hépatique due à un indice de glycogène élevé pour le diabète de type 1 ou les modifications graisseuses, si la maladie est du second type, n'est pas liée aux indicateurs de la fonction hépatique.

Un régime thérapeutique simple ici servira de prévention, le traitement dans le complexe accueille la présence d'une nutrition thérapeutique.

Interconnexion des maladies des voies biliaires et du foie avec le diabète sucré

Avec le diabète, la cirrhose se développe rarement. En règle générale, la cirrhose est d'abord diagnostiquée, puis une carence en insuline est détectée et le traitement est développé.

Le diabète peut également être un signe d'hémochromatose héréditaire. Elle est également associée à l'hépatite auto-immune chronique et aux antigènes du principal complexe d'histocompatibilité DR3, HLA-D8.

Même avec un diabète non insulino-dépendant, les calculs biliaires peuvent se former. Très probablement, cela ne concerne pas le diabète, mais une modification de la composition de la bile due à l'obésité. Le régime thérapeutique, en tant que traitement, dans ce cas peut empêcher la formation de nouvelles pierres.

Il peut également être attribué aux signes d'une diminution de la fonction contractile dans la vésicule biliaire.

Le traitement opératoire de la vésicule biliaire chez les diabétiques n'est pas risqué, mais le fonctionnement des voies biliaires entraîne souvent des infections des plaies et des conséquences mortelles.

Un traitement par sulfonylurée peut entraîner des lésions hépatiques granulomateuses ou cholestatiques.

Dégénérescence du foie gras et diabète

Dégénérescence graisseuse du foie: le foie est gras et élargi. Au lieu de rouge foncé a une couleur pâle. L'hépatose adipeuse augmente le risque de développer un diabète de type 2

La santé du foie et le diabète sont interdépendants. Le foie stocke et produit du sucre - agit comme un réservoir de glucose (carburant) dans l'organisme, soutient le taux de glucose circulant dans le sang.

Foie et glucose

Selon les besoins du corps, le stockage ou la libération du glucose est signalé par les hormones insuline et glucagon. C'est ce qui se passe pendant un repas: le foie stocke le glucose sous forme de glycogène pour une utilisation ultérieure, lorsque le corps en a besoin. Un taux élevé d'insuline et des taux de glucagon supprimés pendant les repas favorisent la conversion du glucose en glycogène.
Le corps est programmé pour produire du glucose si nécessaire. Par conséquent, si une personne ne mange pas, surtout la nuit ou entre les repas, le corps est obligé de synthétiser son propre glucose. Dans le processus de glycogénolyse, le glycogène est converti en glucose. Le corps a un autre moyen de produire du glucose à partir d'acides aminés, de produits d'activité vitale et de graisse. Ce processus s'appelle la gluconéogenèse.
Si le corps est dépourvu de glycogène, il essaie toujours de maintenir l'apport de glucose aux organes qui en ont toujours besoin (cerveau, globules rouges et reins). En plus de fournir du glucose, le foie produit des carburants alternatifs - les cétones fabriquées à partir de graisses.
Le signal pour le début de ce processus - la cétogenèse - est un faible niveau d'insuline. Les cétones sont brûlées comme carburant, l'objectif de ce processus est d'économiser les réserves de glucose pour les organes qui en ont le plus besoin.
Dans de nombreux cas, une glycémie élevée le matin dans le cas du diabète de type 2 résulte d'une gluconéogenèse excessive pendant la nuit. La formation d'un grand nombre de cétones est moins courante, mais peut être dangereuse et nécessite des soins médicaux urgents.
Si vous ne souffrez pas de diabète de type 2, sachez que l'accumulation de graisse dans les cellules du foie augmente le risque de développer cette maladie (peu importe la quantité de graisse dans les autres parties de votre corps).

L'hépatose graisseuse est un facteur de risque pour le diabète

Un certain nombre d'études ont montré que la dégénérescence du foie gras (hépatose graisseuse) peut constituer un facteur de risque indépendant du diabète de type 2. Les chercheurs ont découvert que les personnes atteintes d'hépatose graisseuse avaient un risque accru de développer un diabète de type 2 pendant cinq ans. Le diagnostic de l'obésité du foie devrait susciter la suspicion quant au développement du diabète de type 2. L'hépatose grasse peut être déterminée par échographie. Il peut prédire le développement du diabète de type 2 indépendamment de la concentration d'insuline. Même avec une concentration d'insuline similaire, le risque de développer un diabète de type 2 était deux fois plus élevé.
L'hépatose hépatique est diagnostiquée chez environ un tiers de la population américaine. Dans certains cas, cette maladie est asymptomatique, mais dans d'autres cas, elle peut entraîner des dommages au foie ou même une insuffisance hépatique. Le foie gras est souvent associé à une maladie alcoolique du foie, mais il peut également avoir d'autres causes.

La dégénérescence graisseuse du foie affecte la résistance à l'insuline

Dans une étude publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, les scientifiques ont examiné la relation entre la dégénérescence du foie gras et le risque de diabète chez 11 091 adultes en Corée. Au début de l'étude en 2003 et après 5 ans, les niveaux de concentration d'insuline et de fonction hépatique ont été mesurés.
Au début de l'étude, 27% des patients avaient une hépatose graisseuse. 60% des patients avaient également un surpoids, contre 19% sans hépatose graisseuse. En outre, 50% des patients présentant une dégénérescence du foie gras présentaient des pics de concentration d'insuline à jeun (marqueur d'insulinorésistance), contre 17% des patients sans hépatose graisseuse. Au cours de la période suivante, moins de 1% des personnes sans dégénérescence du foie gras ont développé un diabète de type 2, contre 4% pour l'hépatose graisseuse. Après ajustement des marqueurs de résistance à l'insuline au début de l'étude, le risque de développer un diabète de type 2 était encore plus élevé chez ceux présentant un foie gras. Par exemple, parmi les personnes présentant les taux d’insuline les plus élevés au début de l’étude avec une hépatose graisseuse, la probabilité de développer un diabète de type 2 était 2 fois plus élevée. En outre, indépendamment de la résistance à l'insuline au début de l'étude, les personnes atteintes de dégénérescence du foie gras présentaient davantage de facteurs de risque de diabète de type 2 (taux de glucose et de cholestérol plus élevés).
Ainsi, la dégénérescence graisseuse du foie augmente le risque de développer un diabète de type 2. Par conséquent, les personnes ayant un diagnostic d'hépatose grasse doivent suivre un régime, surveiller leur taux de sucre dans le sang, limiter fortement la consommation de glucides simples et éviter le sucre. Si vous avez un excès de poids, assurez-vous de perdre du poids. Si vous buvez des boissons alcoolisées, jetez-les. Après tout, un foie sain dans le corps accomplit plus de 500 fonctions vitales.

Que de traiter un foie à un diabète sucré?

Le diabète affecte tous les systèmes corporels. Le diabète sucré et le foie sont les premiers à entrer en relation, car il y a une violation des processus métaboliques agissant directement sur l'organe. Différents types de diabète ont des effets différents sur le foie, l’un provoque des lésions rapides, l’autre ne provoque pas de complications pendant des décennies. Cependant, le fonctionnement normal du foie n'est possible que si des médicaments sont observés, sinon les conséquences sont irréversibles.

Effet du diabète sur le foie

L'effet du diabète de type 1 sur le foie est insignifiant, de sorte que le patient ne ressent pas immédiatement les troubles du foie. Dans le diabète de type 2, la fonction hépatique est immédiatement ressentie, l'organe est soumis à une déformation et à une destruction rapides. Le foie est élargi au cours de la maladie en raison des dépôts de graisse, qui conduisent par la suite au développement d'une cirrhose.

Pathologies possibles

Cirrhose - destruction d'organes

La cirrhose du foie se manifeste par le remplacement des cellules normales par des graisses, ce qui affecte considérablement les fonctions exercées. Dans le processus de développement de la maladie, l'insuffisance hépatique ou le coma se manifeste. La cirrhose formée ne répond pas au traitement, cette étape est irréversible. Cependant, si la pathologie n’a pas atteint ce stade, le traitement visant à la cause du développement de la maladie aidera à maintenir le foie dans un état stable.

Insuffisance hépatique

Très souvent, le diabète, dans la plupart des cas, le type 1 devient un provocateur du développement d'une insuffisance organique. La maladie provoque non seulement des anomalies fonctionnelles dans le foie, mais provoque également le trouble du système endocrinien. La conséquence est la perte de cheveux de la tête, le développement de la puissance chez l'homme, la réduction des glandes mammaires chez la femme. L'insuffisance comporte plusieurs étapes de développement.

Les première et deuxième étapes

Le premier stade se caractérise par un changement de tonus cutané, des troubles du système endocrinien. La défaite du foie à un jeune âge perturbe la puberté. Lorsque la maladie développe un état fébrile, des frissons, la sensation de faim est déprimée. Le développement du deuxième stade se manifeste par des troubles nerveux causés par des lésions du système nerveux. Instabilité émotionnelle caractéristique, désorientation dans le temps et dans l'espace.

Lourde (3ème étape)

Le développement se manifeste par l'intensification de tous les signes et le développement du coma. Il y a plusieurs étapes dans le développement de l'état du coma:

  • Prekoma. La confusion et une forte perte de force sont fixes, les processus de réflexion ralentissent, la qualité du sommeil se détériore.
  • L'étape menaçante Le patient perd complètement son orientation. Remplacer l'état excité vient apathique et vice versa. La durée de l'étape atteint 10 jours.
  • Coma De la cavité buccale, une odeur d'ammoniac se fait sentir, la respiration devient bruyante. L'absence de soins médicaux entraîne des convulsions et éventuellement l'arrêt de la respiration.
Retour au sommaire

Stéatose ou maladie grasse non alcoolique

Avec le diabète, le travail du foie est inhibé. Dans ce cas, souvent diagnostiqué comme une stéatose hépatique non alcoolique signifie le développement de la stéatose, une accumulation constituée de dépôts graisseux.

La stéatose se développe à la suite de troubles métaboliques conduisant à l'obésité. Dans le foie, des accumulations de graisse se déposent, qui peuvent former un kyste et rendre le fonctionnement difficile, contribuant ainsi au développement du diabète et de problèmes cardiaques. Le principal fondement de la stéatose est l'immunité à l'insuline et une violation du métabolisme des glucides et des lipides. La maladie progresse progressivement et est dangereuse par la possibilité de déborder en cirrhose.

Caractéristiques des violations en fonction du type de SD

Le diabète de type 1 commence à se développer à un jeune âge, le glucose dans le sang est surveillé par des injections d'insuline. Dans le même temps, le développement de pathologies hépatiques ne progresse pas, avec l'arrêt du traitement, une cirrhose se développe. Tout d'abord, l'action de l'insuline aggrave le foie. Cependant, avec le temps, le médicament assure la normalisation des indications et un état stable.

Avec le diabète sucré de type 2, il existe une substitution de cellules hépatiques efficaces par des grappes graisseuses. La prise de médicaments empêche le développement de foyers graisseux, le travail du corps se déroule à un rythme normal pendant longtemps. Cependant, si vous ignorez le traitement par antidiabétiques, les modifications du foie deviendront irréversibles.

Symptômes de la pathologie

Les effets sur le foie dans le diabète sucré caractérisent les symptômes, tels que:

  • léthargie;
  • trouble du sommeil
  • diminution de l'appétit;
  • gonflement de la cavité abdominale;
  • couleur jaunâtre de la peau et coquille blanche des globes oculaires;
  • changement de couleur de la tache;
  • sensations douloureuses dans la cavité abdominale;
  • état oedémateux des jambes;
  • expansion de l'abdomen due au fluide accumulé;
  • sensations douloureuses dans le foie.
Retour au sommaire

Traitement de la maladie

Traiter le foie avec le diabète nécessite des méthodes complexes. Initialement, le médecin détermine les causes qui affectent le développement de la maladie et nomme des techniques visant à les éliminer. En thérapie, diverses méthodes sont combinées: techniques médicinales, alimentation, maintien d’un régime quotidien équilibré, utilisation de complexes vitaminiques, suppression du surpoids.

Régime pour le patient

La maladie hépatique, quel que soit le stade diabétique, nécessite le respect du régime alimentaire ainsi que le contrôle du sucre dans le sang. Le régime exige une restriction stricte des graisses, l'exclusion des glucides légers, le refus des boissons alcoolisées. Le sucre est exclu, les substituts de sucre sont utilisés à la place. Les graisses végétales, l'huile d'olive deviennent utiles et le foie d'un oiseau faible en gras est utilisé pour la nourriture.

Médicaments à utiliser

Tout d'abord, le foie est traité en transférant le diabète au stade de la compensation. Appliquez des médicaments qui réduisent la concentration de sucre dans le sang, quel que soit le type de pathologie, ainsi que les injections d'insuline. L'étape suivante vise à prévenir le développement de complications. Le nettoyage du foie par le diabète est dû à l'utilisation d'hépatoprotecteurs, de substances antioxydantes, de médicaments agissant sur le cholestérol et à la restauration de la microflore intestinale. Lorsque la maladie est exacerbée, une poussée, une hémodialyse et une plasmaphérèse sont utilisées.

Remarques finales

Le diabète et le foie sont interdépendants. Le développement du diabète affecte tous, sans exception, les organes du corps. Le foie souffre avant tout du fait que l'organisme est perturbé par le processus métabolique, ce qui entraîne une perturbation du fonctionnement du corps et provoque des conséquences dangereuses. Le traitement négligent du diabète et des maladies concomitantes peut entraîner une insuffisance ou une cirrhose.

Diabète et maladie du foie gras

Diabète et maladie du foie gras

Qu'est-ce que le diabète?

Le diabète sucré est une maladie associée à une violation de l'une des fonctions du pancréas, à savoir la régulation du taux de sucre (glucose) dans le sang. C’est le cas lorsque le pancréas et les substances régulatrices qui lui sont allouées ne font pas face à la charge qui leur est imposée.

Que fait le pancréas dans le corps?

Le pancréas se compose de 2 parties, l'une dans l'autre. Une des parties, plus connues de nous, remplit la fonction digestive. Il libère diverses substances - des enzymes qui digèrent principalement les graisses et les glucides. La pancréatite est une violation de cette fonction du pancréas associée à son inflammation et à une diminution de la production d'enzymes. Cela peut être aigu et chronique. Cependant, dans le cadre du diabète sucré, cela nous intéresse peu.

Une autre partie du pancréas, située sous la forme des îlots de Langerhans, libère un grand nombre de substances régulatrices - les hormones. Certaines de ces hormones sont responsables de la croissance et du développement du corps et sont plus importantes à un jeune âge. Une autre partie des hormones, en fait, est responsable de la régulation du niveau de glucose dans le corps.

Pourquoi avons-nous besoin de glucose?

Le glucose est la principale source d'énergie dans le corps, il est alimenté par toutes les cellules, tissus et organes, y compris le cerveau. Puisque la valeur du glucose dans le corps est extrêmement élevée, l'organisme de diverses manières maintient sa quantité constante dans le sang. Nous pouvons déterminer le niveau de glucose, normalement sa concentration dans le sang va de 3,5 à 5,5 mmol / l (cette plage peut varier selon les laboratoires en fonction des réactifs utilisés).

Ainsi, pour un fonctionnement normal, principalement le cerveau et d'autres organes du sang, une concentration de glucose constante doit être maintenue. La diminution de sa quantité est appelée hypoglycémie et peut entraîner des complications graves, allant jusqu'au coma hypoglycémique! L'augmentation de la quantité de glucose est appelé hyperglycémie, et peut également entraîner le développement du diabète, des complications graves du cœur, le cerveau, les vaisseaux sanguins, jusqu'à hyperglycémique ou le coma hyperosmolaire!

Le niveau de glucose (sucre) dans le corps peut être comparé à la quantité d'essence dans la voiture. Par exemple, lorsque le conducteur remarque le faible niveau d'essence sur lequel tourne le moteur, il se rend à la station-service et remplit le réservoir d'essence. De même, le corps, en notant le faible niveau de glucose, utilise le cerveau pour dire qu'il est nécessaire de manger. Le chauffeur conduit sa voiture avec autant de carburant que nécessaire pour se rendre à la prochaine station-service ou à la destination. De même, le cerveau émet un signal de saturation, lorsqu'il note le niveau de nourriture consommé, suffisant jusqu'au prochain encas.

Comment est le diabète sucré?

Cette maladie se développe lorsque nous remplissons notre corps d'un excès, la quantité dont il n'a pas besoin. Mais si le conducteur déverse trop de carburant dans la voiture, il se déverse hors du réservoir d’essence, créant un danger d’inflammation non seulement de la voiture, mais de toute la station-service. Au contraire, une personne, remplissant son corps avec un excès de nourriture à haute énergie, crée un fardeau accru sur le foie et le pancréas. Si trop manger, principalement des aliments riches en énergie, riche en hydrates de carbone et les graisses, se produit sur une base régulière, à la fin, le corps ne peut résister à cette charge... Ensuite, il développe une pancréatite, le diabète, une maladie du foie gras.

Comment le diabète est-il lié au foie?

Tout se révèle très simple. Notre circulation est agencé de telle manière que toutes les substances digérés dans l'estomac et l'intestin, absorbé dans l'intestin dans le sang qui entre par la suite en partie dans le foie. Et en plus d'une charge élevée sur la partie digestive du pancréas, car il doit digérer tout ce volume de nourriture, crée une forte charge sur le foie et la régulation du pancréas.

Le foie doit passer à travers lui-même toutes les graisses de la nourriture, et elles ont un effet néfaste sur lui. Le pancréas devrait quelque part "attacher" tous les glucides et le glucose obtenus à partir des aliments - après tout, son niveau devrait être stable. Ainsi, le corps transforme les glucides en excès en graisses et, là encore, les graisses ont un effet néfaste sur le foie! Et le pancréas est épuisé, obligé de produire de plus en plus d'homons et d'enzymes. Jusqu'à un certain point, lorsque l'inflammation s'y développe. Et le foie, endommagé de façon permanente, jusqu’à un certain moment ne s’enflamme pas.

Quel est le syndrome métabolique?

Lorsque les deux organes sont endommagés et enflammés, le syndrome métabolique se développe. Il combine 4 composants principaux: stéatose du foie et stéatohépatite, diabète sucré ou altération de la résistance au glucose, violation du métabolisme des graisses dans l'organisme, lésions du cœur et des vaisseaux sanguins.

Stéatose du foie et stéatohépatite

Toutes les graisses obtenues contiennent du cholestérol, des triglycérides et diverses lipoprotéines. Ils s'accumulent dans le foie en grande quantité, ils peuvent détruire les cellules du foie et provoquer une inflammation. Si l'excès de graisse ne peut pas être complètement neutralisé par le foie, il est transporté par la circulation sanguine vers d'autres organes. Le dépôt de graisse et de cholestérol dans les vaisseaux sanguins menant au développement de l'athérosclérose à l'avenir provoque le développement de la maladie coronarienne, les crises cardiaques et accidents vasculaires cérébraux. Le dépôt de graisse et de cholestérol et endommage le pancréas, ce qui perturbe le métabolisme du glucose et le sucre dans le corps, ce qui contribue au développement du diabète lui-même.

Accumulées dans le foie, les graisses sont exposées aux radicaux libres et leur peroxydation commence. En conséquence, des formes actives modifiées de substances se forment, qui ont un effet encore plus destructeur sur le foie. Ils activent certaines cellules du foie (cellules étoilées) et le tissu hépatique normal commence à être remplacé par un tissu conjonctif. La fibrose hépatique se développe.

Ainsi, l'ensemble des changements associés à l'échange de graisses dans le corps endommage le foie et conduit au développement de:

- stéatose (accumulation excessive de graisses dans le foie),

- stéatohépatite (modifications inflammatoires du foie de nature grasse),

- fibrose du foie (formation de tissu conjonctif dans le foie),

- cirrhose du foie (violation de toutes les fonctions du foie).

Quand et comment suspecter ces changements?

Tout d'abord, vous devez commencer à sonner l'alarme à ceux qui ont déjà été diagnostiqués. Cela peut être l'un des diagnostics suivants: athérosclérose, dyslipidémies, maladie coronarienne, l'angine de poitrine, infarctus du myocarde, l'athérosclérose du myocarde, l'hypertension, l'hypertension essentielle, le diabète sucré, de la tolérance au glucose, la résistance à l'insuline, le syndrome métabolique, l'hypothyroïdie.

Si vous avez l'un des diagnostics énumérés, contactez votre médecin pour vérifier et surveiller le foie, ainsi que le traitement.

Si l'enquête que vous avez identifié l'écart d'une ou plusieurs valeurs de laboratoire pour les analyses sanguines, par exemple, le cholestérol, les triglycérides, les lipoprotéines, le changement de glucose ou de l'hémoglobine glycosylée, et augmenter également les indicateurs caractérisant la fonction hépatique - AST, ALT, TTG, AP dans certains cas, bilirubine.

Avec un niveau élevé d'un ou plusieurs paramètres, consultez également un médecin pour déterminer l'état de santé, le diagnostic et le traitement.

Si vous avez un ou plusieurs symptômes ou facteurs de risque de maladie, vous devez également consulter un médecin pour une évaluation des risques plus précis, déterminer le besoin à des fins d'examen et de traitement. Les facteurs de risque ou des symptômes du syndrome métabolique sont l'obésité, taille haute, une augmentation périodique ou permanente de la pression artérielle, l'utilisation de grandes quantités d'aliments gras ou frits, les aliments sucrés, féculents, et l'alcool.

Que recommandera le médecin?

Dans tous les cas, en présence d'une maladie ou de la présence d'indicateurs élevés dans l'analyse ou de la présence de symptômes et de facteurs de risque, une consultation spécialisée est nécessaire!

Il est nécessaire de s'adresser immédiatement à plusieurs experts - au thérapeute, cardiologue, endocrinologue et gastro-entérologue. Si, dans cette situation, le foie est le plus intéressé par la situation, vous pouvez contacter le gastro-entérologue ou l'hépatologue.

Le médecin déterminera la gravité des violations ou la gravité de la maladie, en fonction de cela, si nécessaire, désignera une enquête et vous indiquera ce qui sera exactement dans cette enquête pour l'évaluation des risques.

Avant, après ou pendant l'examen, le médecin peut prescrire un traitement, cela dépendra de la gravité des symptômes et des troubles détectés.

Dans la plupart des cas pour le traitement de la maladie du foie gras en association avec le diabète, à savoir en présence d'un syndrome métabolique est utilisé plusieurs médicaments: pour corriger l'état du foie, afin de réduire le taux de cholestérol, pour la récupération de la sensibilité au glucose, pour abaisser la pression sanguine dans le but de réduire le risque d'infarctus et coups, et quelques autres.

Il n'est pas prudent d'expérimenter la modification du traitement ou la sélection des médicaments vous-même! Contactez votre médecin pour un traitement!

Quels médicaments sont utilisés pour restaurer la fonction hépatique?

Un rôle important dans le traitement prend la perte de poids, l'activité physique accrue, un régime alimentaire spécial avec des taux réduits de glucides de cholestérol et rapide, en fonction de la situation, vous avez peut-être même considérés comme des « unités de pain ».

Pour traiter les maladies du foie, il existe tout un groupe de médicaments appelés hépatoprotecteurs. À l'étranger, ce groupe de médicaments est appelé cytoprotecteurs. Ces médicaments ont une nature et une structure chimique différentes: il existe des préparations à base de plantes, des préparations d’origine animale, des drogues de synthèse. Bien sûr, les propriétés de ces médicaments sont différentes et ils sont principalement utilisés pour diverses maladies du foie. Dans les situations graves, plusieurs médicaments sont utilisés en même temps.

Pour le traitement de la stéatose hépatique, les préparations d'acide ursodésoxycholique et les phospholipides essentiels sont généralement prescrits. Ces médicaments réduisent la peroxydation des graisses, stabilisent et restaurent les cellules hépatiques. De cette façon, les effets néfastes des radicaux libres et la graisse est réduite, et réduit également les changements inflammatoires dans le foie des processus de formation du tissu conjonctif comme conséquence ralentit le développement de la fibrose et la cirrhose.

Les préparations d'acide ursodésoxycholique (Ursosan) ont un effet plus stabilisant sur les membranes cellulaires, empêchant ainsi la destruction des cellules du foie et le développement de l'inflammation dans le foie. Ursosan a également un effet cholagogique et augmente la libération de cholestérol avec la bile. C'est pourquoi son utilisation préférée dans le syndrome métabolique. En outre, Ursosan stabilise cholagogue, commune dans la vésicule biliaire et le pancréas, ce qui donne à ces autorités un effet bénéfique, ce qui est particulièrement important pour la pancréatite.

la maladie du foie gras, combinée avec le sucre avec facultés affaiblies et le métabolisme du glucose, nécessite l'utilisation dans le traitement d'autres préparations médicales.

Cet article fournit des informations limitées sur les méthodes et les méthodes de traitement des maladies du foie. Prudence exige un médecin pour choisir le bon régime de traitement!

IMPACT DE TRAVAIL: comment le sucre affecte le foie

Pour nettoyer le foie, remplacez le sucre par des édulcorants naturels, tels que le stévia, le miel ou le sirop d’érable.

Nous savons que le sucre est très nocif. Néanmoins, nous savons tous combien il est difficile de le refuser et l’ajouter au thé, au café, à la confiture, aux pâtisseries et aux desserts.

Quoi qu'il en soit, en abandonnant complètement le sucre raffiné blanc, nous améliorons grandement la qualité de vie. C'est aussi la clé pour mettre fin aux diverses maladies du foie qui se manifestent de plus en plus chez les personnes du monde entier.

Aujourd'hui, nous vous dirons comment le sucre affecte notre foie et comment le guérir s'il a déjà souffert d'une douceur excessive.

Comment le sucre affecte-t-il le foie?

Notre foie nettoie le corps, synthétise les enzymes et stocke le glucose (et donc l'énergie) et régule la glycémie.

Lorsque nous mangeons, le foie tire du sucre des aliments que nous consommons. Lorsque nos muscles et nos organes internes ont besoin d'énergie, le foie le transforme en glycogène.

Pourquoi le sucre est-il dangereux pour notre foie?

Le sucre blanc, que nous mangeons tous les jours, se compose à parts égales de glucose et de fructose. Le fructose est presque trois fois plus sucré que le glucose.

Lorsque l'excès de sucre blanc s'accumule dans le foie, il commence à se transformer en graisse. Savez-vous ce qui se passe ensuite? Dans notre corps, la résistance à l'insuline est développée. Lorsque cela se produit, nos cellules commencent à résister à l’hormone par laquelle le pancréas tente d’équilibrer le taux de sucre dans le sang, produisant encore plus d’insuline, ce qui fait que notre corps accumule de plus en plus de graisse.

Un niveau élevé de sucre dans le sang et l'insuline dans le corps bloque l'action de l'hormone leptine, qui régule notre sensation de faim.

Un niveau élevé d'insuline augmente la pression artérielle et réduit le taux de cholestérol dit sain, entraînant un syndrome métabolique. Tout cela conduit à l'état de "foie gras".

Beaucoup de gens pensent que l'obésité hépatique est associée à la consommation d'alcool, bien que le sucre soit le principal ennemi de notre santé, car des processus inflammatoires se développent dans le corps et nous tombons plus souvent malades.

Comment restaurer le foie après une exposition au sucre?

Pour que notre foie soit sain et fort, nous devons limiter la consommation de sucre. Il y a beaucoup de différents substituts du sucre blanc, que vous pouvez inclure dans votre régime alimentaire:

  • stevia
  • chérie
  • le nectar d'agave
  • sirop de riz brun
  • xylitol
  • malt d'orge
  • sirop d'érable
  • sucre de coco
  • sucre de datte

Il est également utile de pouvoir purifier le foie en excès de sucre, afin qu'il soit renforcé et capable de remplir correctement ses fonctions.

1. Mangez de l'ail tous les jours à jeun

Accepté à jeun, l'ail agit comme un puissant antibiotique naturel et renforce le foie et le pancréas. Il tue les bactéries, diminue la pression artérielle et le taux de cholestérol et aide à purifier le sang. N'oubliez pas de manger une gousse d'ail à jeun chaque jour.

2. Réaliser une thérapie avec des citrons congelés

Le zeste de citron contient une très grande quantité d'antioxydants. Avec la vitamine C, ils aident à nettoyer et à renforcer le foie. Pour tirer le meilleur parti du zeste de citron, il est préférable d'essayer le traitement au citron congelé. Pour ce faire, vous devez congeler le citron et, lorsque vous en avez besoin, frotter les salades, les flocons d'avoine et le yaourt.

N'oubliez pas qu'il est plus utile d'avoir le citron entier avec le zeste. C'est un vrai salut pour notre foie!

3. Buvez de l'eau d'artichauts

Les artichauts, et en particulier l'eau dans laquelle ils ont été préparés, sont parfaits pour le foie. Ils purifient notre corps et saturent notre corps en vitamines, ce qui permet non seulement de renforcer, mais aussi de restaurer le foie.

Préparez deux artichauts dans un litre d'eau. Une fois qu'ils deviennent mous, sortez-les de l'eau et conservez le bouillon résultant. Versez-le dans une bouteille en verre et mélangez-le avec du jus de citron. Prenez ce liquide tout au long de la journée, la première fois - immédiatement après le réveil, à jeun. Il est préférable de répéter cette procédure dix jours de suite, une fois par mois.

4. Les meilleurs produits qui aideront à nettoyer et à renforcer le foie:

  • Pomelo ou pamplemousse
  • Thé vert
  • Légumes à feuilles vertes
  • Avocat
  • Brocoli
  • Des pommes
  • Huile d'olive et huile de lin
  • Riz entier

L'effet du diabète sur le foie. Recommandations de traitement

Avec le développement du diabète en premier lieu, la maladie est associée au pancréas, ce qui n'est pas tout à fait correct. Depuis le premier type de diabète, il existe une violation de la production d'insuline par les cellules synthétiques de Langerhans dans le pancréas. Et avec la progression de la maladie, d'autres organes et systèmes sont affectés. En premier lieu, le diabète de tout type affecte le foie.

Fonctions du foie

En plus de la fonction du filtre, qui se situe entre le système circulatoire de l'organisme entier et le tractus gastro-intestinal. Le foie remplit une fonction de synthèse et de dépôt. Cet organisme est impliqué dans l'activation et l'inactivation de nombreuses hormones qui régulent le fonctionnement normal du corps. L'un d'eux est le glucagon, produit par les cellules alpha du pancréas. Cette hormone aide à augmenter la glycémie. Lorsque cela se produit, il est libéré par d'autres organes et tissus.

La fonction de déposition du foie consiste à conserver une grande quantité de glucose dans son parenchyme. Dans ce cas, le glucose peut être stocké à la fois sous forme normale et dans une structure complexe appelée glycogène. Ce polysaccharide dans l'émergence de situations critiques, l'épuisement grave du corps, la fatigue, sous l'influence d'enzymes hépatiques spécifiques commence à se diviser et à éliminer le glucose dans la circulation sanguine.

Glucose et diabète sucré

Le signe principal du diabète est une augmentation de la glycémie. Le glucose est représenté par un substrat énergétique, sans sa participation, les mitochondries intracellulaires ne sont pas capables de produire suffisamment d'énergie pour le fonctionnement normal de l'organe.

Mais une surabondance de glucose a ses conséquences. L'émergence de taux de glycémie élevés dans un contexte d'insuline faible entraîne une privation d'énergie du corps. Étant donné que sans insuline, le glucose n'est pas divisé. Dans le même temps, d'autres substrats sont clivés, à partir desquels de l'énergie (graisses et protéines) peut être prélevée et leurs produits de désintégration ont un effet toxique sur les systèmes corporels. En premier lieu, le cerveau souffre, puis une dystrophie du foie se produit, ce qui menace le développement de la cirrhose.

L'implication du foie dans le diabète sucré

Avec un indice de glycémie constamment élevé, le glucose commence à se déposer fortement dans les tissus et les organes. Ce qui entraîne une perturbation de la performance de ce dernier. Le foie étant une sorte de dépôt de glucose dans le corps, le premier est affecté. Dans le diabète sucré, le glucose est converti en tissu adipeux, dans le parenchyme hépatique commence le dépôt du tissu adipeux - la stéatose.

La stéatose peut survenir chez des personnes ne souffrant pas de diabète sucré. Mais ces personnes sont obèses, dans lesquelles l'infiltration de tissu de foie gras se produit plus rapidement. Cette condition peut mener au développement du diabète de type 2.

Ce type se caractérise par une production normale d'insuline, mais compte tenu de l'excès de graisse, la sensibilité des tissus à cette hormone diminue. Il y a toujours un taux élevé de sucre dans le sang. Dans ce cas, le foie travaille intensément, capte le glucose et s’accumule dans son parenchyme.

Les personnes souffrant de stéatose du foie ne se plaignent généralement pas.

Avec la progression de la maladie, le développement du processus inflammatoire est possible dans le foie et la stéatose passe à la stéatohépatite. La maladie se caractérise par une augmentation de la taille du foie, peut causer de la sclérotique jaunissement et de la peau, les patients se plaignent de douleurs et une sensation de lourdeur dans le côté droit, la fatigue, des nausées et des vomissements possibles. Dans le contexte de l'inflammation du parenchyme hépatique, il est progressivement remplacé par le tissu conjonctif. Il y a une fibrose du foie qui indique l'apparition de la cirrhose.

La cirrhose du foie associée au diabète est particulièrement dangereuse. Après tout, les organes principaux souffrent déjà d'une augmentation de la quantité de toxines et, de plus, le filtre principal est perturbé. Aux premiers stades de la cirrhose, en plus des symptômes de la stéatohépatose, d'autres apparaissent. Les patients se plaignent de démangeaisons graves, troubles du sommeil et l'éveil, l'apparition de la douleur sur tout l'abdomen, une augmentation significative de l'abdomen, l'apparition de la paroi abdominale antérieure du réseau veineux. Tous ces symptômes caractérisent développer l'hypertension portale, accompagnée par l'émergence de fluide stérile libre dans la cavité abdominale, le développement des varices de l'œsophage et des saignements fréquents d'entre eux.

Traitement

Pour éviter le développement de maladies du foie, et le diabète, ou s'il y avait une manifestation de ces maladies, il est nécessaire de compenser l'état de réaliser un ensemble de mesures visant à améliorer la condition du corps. La première chose dont vous avez besoin pour contacter un spécialiste. Dans ce cas, il peut s'agir d'un gastro-entérologue, d'un endocrinologue ou d'un hépatologue. Ils mèneront un examen complet du patient, qui déterminera la direction du traitement dans un cas particulier.

Si le patient souffre de diabète de type 1, un traitement diététique doit être prescrit et, s’il est inefficace, un traitement de substitution doit être instauré. Pour cela, des médicaments de substitution à l'insuline en comprimés ou injectés sont utilisés.

Le développement du diabète de type 2 est généralement observé chez les personnes ayant un poids corporel excessif.

Dans ce cas, le plus efficace sera un changement de mode de vie, de l'exercice visant à réduire le poids corporel, ainsi qu'une thérapie diététique.

Le diabète dans tous les types de diabète devrait inclure:

  • Boisson abondante - en raison de la perte élevée de fluides corporels;
  • Une quantité énorme de fruits - il est nécessaire de sélectionner les fruits qui ne contiennent pas ou en petite quantité dans la composition de glucides rapides, pour éviter les sauts brusques du taux de glucose;
  • Les légumes sont indispensables à l'organisme car ils sont à l'origine d'une grande quantité de minéraux, d'oligo-éléments, de fibres et de vitamines, qui sont significativement réduits dans l'organisme en présence de diabète sucré.
  • Les variétés de viande à faible teneur en matière grasse sont nécessaires comme source de protéines pour le fonctionnement normal des fonctions régénératrices du corps;
  • Poisson faible en gras - est nécessaire pour les patients atteints de diabète sucré pour restaurer le nombre d'acides aminés, de protéines et d'autres nutriments;
  • Les céréales sont utilisées pour combler le bilan énergétique au détriment des glucides complexes, qui se décomposent longtemps dans le corps et maintiennent le fonctionnement normal de tous les systèmes corporels.

Les patients doivent constamment suivre un régime, toute déviation peut entraîner des sauts indésirables de la glycémie, ce qui entraîne des conséquences indésirables.

Pour éviter ce problème du régime du patient sont exclus:

  • Sortes de viande grasse;
  • Produits frits et fumés;
  • Bonbons et aliments à haute teneur en glucides rapides;
  • Produits de boulangerie achetés et gâteaux faits maison;
  • Fruits à haute teneur en glucides rapides;
  • Légumes riches en amidon.

Pour prévenir le développement des hépatoses graisseuses, vous devez perdre du poids. Certains régimes ne suffiront pas pour cela, il est recommandé aux gens de faire du sport, de mener une vie active, de passer moins de temps à la maison et de dépenser davantage dans la rue. Lorsqu'ils demandent l'aide de médecins, ils recommandent de bons spécialistes. ce qui aidera les patients dans cette affaire difficile. Des formateurs qualifiés développeront un ensemble d'exercices qui aideront efficacement à perdre du poids. Si le patient parvient à se débarrasser d'une quantité impressionnante de kilogrammes, il ne peut pas avoir peur du développement de la stéatose et de son développement en cirrhose.

Avec le développement de la cirrhose et l'incapacité de la compenser, on fait appel à des médicaments pour suivre un traitement diététique. Les hépatoprotecteurs, les thérapies vitaminiques, les antihypertenseurs, les angioprotecteurs, les glucocorticostéroïdes sont utilisés.