Image

Traitement du diabète de type 1

Le diabète a appelé une pathologie caractérisée par un trouble du métabolisme, contre lequel entrant dans les polysaccharides du corps non digérée correctement, et l'amélioration des indicateurs du sucre dans le sang atteint un chiffres critiques. Il existe des formes suivantes de la maladie: insulino-dépendant (type 1), insulinodépendant (type 2). Le traitement des deux formes de "maladie sucrée" est différent. Les processus de traitement sont complexes et polyvalents. Le traitement du diabète de type 1 avec des remèdes traditionnels et populaires est discuté dans l'article.

Caractéristiques de la maladie

Le type insulino-dépendant de «maladie sucrée» se développe plus souvent chez l'enfant ou le jeune âge. Le processus pathologique se caractérise par une synthèse inadéquate de l'hormone du pancréas, ce qui empêche le corps d'utiliser le glucose. Les organes ne reçoivent pas une quantité suffisante d'énergie, ce qui entraîne une violation de leur état fonctionnel.

La principale cause de développement du premier type de diabète est la prédisposition génétique. Cependant, un facteur pour l'apparition de la maladie ne suffit pas. En règle générale, les maladies virales et les lésions pancréatiques jouent un rôle important, entraînant la destruction des cellules sécrétrices d’insuline de l’organe.

Il y a des stades suivants de développement d'un type insulino-dépendant de «maladie sucrée»:

  • la présence de prédisposition à la maladie;
  • lésions cellulaires dues à divers facteurs provoquants et initiation de changements anatomiques et physiologiques;
  • le stade de l'insulite auto-immune active - les anticorps sont élevés, le nombre de cellules sécrétrices d'insuline diminue, l'hormone est produite en quantités insuffisantes;
  • réduction active de la sécrétion d'insuline - dans certains cas, le patient peut détecter une violation de la sensibilité au glucose, un taux élevé de sucre plasmatique à jeun;
  • la taille de la maladie et l'apparition d'un tableau clinique brillant - plus de 85% des cellules des îlots du pancréas de Langerhans-Sobolev ont été détruites;
  • destruction complète des cellules de l'organe et arrêt critique de la production d'insuline.

Principales manifestations de la maladie

Dans le diabète de type 1, le patient se plaint des symptômes suivants: soif pathologique, miction excessive et sécheresse des muqueuses. Une augmentation de l'appétit s'accompagne d'une perte de poids importante. Il y a une faiblesse, une acuité visuelle réduite, une éruption cutanée pathologique. Les patients se plaignent d'une tendance aux maladies cutanées infectieuses.

Le manque d’aide au stade de telles manifestations fait que la maladie progresse activement.

Développer des complications aiguës et chroniques:

  • ulcères trophiques des membres inférieurs;
  • violation de la fonction sécrétoire de l'estomac et des intestins;
  • défaite du système nerveux périphérique;
  • des dommages à l'analyseur visuel;
  • la pathologie du système urinaire, en particulier les reins;
  • encéphalopathie diabétique;
  • retard dans le développement physique chez les enfants.

Principes de traitement de la maladie

Les patients dont le diagnostic de type de maladie dépendant de l'insuline a été confirmé sont intéressés par le médecin traitant pour savoir s'il est possible de guérir définitivement le diabète de type 1. La médecine moderne ne peut pas sauver complètement le patient de la maladie. Cependant, de nouvelles méthodes thérapeutiques permettent de compenser durablement la maladie, de prévenir le développement de complications et de maintenir la qualité de vie du patient à un niveau élevé.

Le traitement du diabète sucré de type 1 comprend les composants suivants:

  • thérapie à l'insuline;
  • correction du régime alimentaire individuel;
  • charge physique
  • physiothérapie;
  • formation.

Caractéristiques de la nutrition

Les nutritionnistes et les endocrinologues recommandent au patient de suivre le numéro de régime 9. En partant de maladies concomitantes, du poids corporel du patient, du sexe, de l'âge, des complications et des paramètres glycémiques, le médecin traitant ajuste individuellement le menu de son patient.

Le régime n ° 9 dit que les aliments doivent être livrés souvent, mais en petites quantités. La quantité de glucides est limitée, principalement des polysaccharides utilisés (fibres alimentaires, fibres). Ceci est nécessaire pour éviter un fort taux de sucre dans le sang, mais en même temps que le corps reçoit une quantité suffisante de matériau "de construction".

Les calories quotidiennes sont calculées individuellement. Le nombre de protéines dans l'alimentation quotidienne est augmenté par les substances d'origine végétale et la quantité de graisse diminue au contraire (la consommation de lipides d'origine animale est limitée). Le patient doit abandonner complètement le sucre. Il peut être remplacé par des édulcorants naturels (miel, sirop d'érable, extrait de stévia) ou des substituts synthétiques (fructose, xylitol).

Une quantité suffisante de vitamines et d'oligo-éléments doit être fournie, car ils sont évacués massivement du corps dans le contexte de la polyurie. La préférence est donnée aux produits cuits au four et cuits sur une paire de plats. La quantité d'eau potable ne devrait pas dépasser 1500 ml par jour, jusqu'à 6 g de sel.

Si le diabète sucré est associé à la période de gestation, il est nécessaire de réduire le contenu calorique quotidien à 1800 kcal. Cela réduira le risque de complications chez la mère et le bébé. L'eau et le sel entrants doivent également être limités afin de minimiser la charge sur les reins et d'empêcher l'apparition de pathologies du système urinaire.

Dans l'alimentation des enfants malades, il doit nécessairement y avoir de petites collations entre les repas, avant l'activité physique, divers entraînements. Si les complications de la maladie sous-jacente sont absentes, la quantité de matériel «de construction» devrait correspondre à l'âge et à la masse du corps de l'enfant. Il est important de calculer correctement la dose d'insuline en connaissant un régime approximatif.

Activité physique

Il est très difficile de guérir le diabète de type 1 sans effort physique adéquat. Le sport a l'effet suivant sur le corps du patient:

  • augmente la sensibilité des tissus et des cellules à l'hormone;
  • augmente l'efficacité de l'action de l'insuline;
  • empêche le développement de la pathologie du cœur et des vaisseaux sanguins, l'analyseur visuel;
  • restaure les indicateurs de pression;
  • accélère les processus métaboliques.

Le personnel médical recommande de choisir un sport qui n'affecte pas de manière significative l'analyseur visuel, le système urinaire, le cœur et les jambes. La marche, le fitness, le tennis de table, la natation et la gymnastique sont autorisés. Avec le diabète de type 1, vous pouvez faire des exercices actifs ne dépassant pas 40 minutes par jour.

À l'effort physique constant, il est nécessaire de réduire la dose d'insuline administrée. Cela vous protégera du développement de l'hypoglycémie. En outre, vous devez toujours avoir quelque chose de doux avec vous. Avant et après l'exercice, vous devez toujours mesurer votre glycémie et, pendant l'activité physique, vous devez surveiller votre pouls et votre tension artérielle.

Insulinothérapie

Selon la nature de l'évolution de la maladie, une insulinothérapie est nécessaire dans environ 40% des cas cliniques. Le but d'un tel traitement est le suivant:

  • normalisant le métabolisme de saccharides (idéal - indices normalise la glycémie à jeun et pour empêcher son augmentation excessive après la prise alimentaire dans le corps, satisfaisant - pour parvenir à l'élimination des signes cliniques);
  • optimisation de l'alimentation et maintien d'un indice de masse corporelle acceptable;
  • correction du métabolisme lipidique;
  • améliorer la qualité de vie du patient;
  • prévention des complications de nature vasculaire et neurologique.

Médicaments efficaces

À l'heure actuelle, les médicaments de choix - l'insuline humaine issue de l'ingénierie génétique ou de la biosynthèse, ainsi que toutes les formes posologiques obtenues sur sa base. Les médicaments modernes présentés et enregistrés ont des effets différents: médicaments à courte durée d'action, médicaments de moyenne durée et médicaments à long terme.

Actrapid NM, Humulin-regular, Biosulin sont des solutions à courte durée d'action. Ces représentants se caractérisent par un développement rapide de l'effet et une durée d'action plus courte. Ils sont administrés par voie sous-cutanée, mais si nécessaire, une injection intramusculaire ou intraveineuse est possible.

Les médicaments de durée moyenne comprennent Humulin basal, Biosulin N, Protofan NM. Leur action dure jusqu'à 24 heures, l'effet se développe 2-2,5 heures après l'administration. Représentants des préparations longues - Lantus, Levemir.

Le traitement individuel est prescrit par le médecin traitant. Cela dépend des facteurs suivants:

  • activité physique;
  • poids corporel du patient;
  • le moment du développement de l'hyperglycémie;
  • la présence de sucre élevé après les repas;
  • âge du patient;
  • présence du phénomène de "l'aube du matin".

Innovations dans le traitement

Les dernières nouvelles dans le domaine du traitement du diabète insulino-dépendant suggèrent l'utilisation de telles techniques:

  • Utilisation de cellules souches. C'est une méthode prometteuse avec laquelle vous pouvez résoudre les problèmes de pathologie du métabolisme des glucides. L'essentiel est de faire croître des cellules sécrétrices d'insuline en laboratoire. La méthode est largement utilisée en Chine, en Allemagne et aux États-Unis.
  • La transplantation de graisse brune est une nouvelle méthode qui réduit les besoins en insuline de l'organisme et restaure le métabolisme des glucides. Les processus sont dus à l'assimilation des molécules de sucre par les cellules de la couche de graisse brune.
  • Inoculation Un vaccin spécial a été mis au point pour protéger ses propres cellules pancréatiques contre la destruction par le système immunitaire. Les substances utilisées empêchent les processus inflammatoires dans l'organe et arrêtent la progression de la maladie.

La physiothérapie

Une des méthodes utilisées pour guérir le diabète. Assez souvent, le patient reçoit une électrophorèse. C'est une méthode basée sur les effets du courant continu et des médicaments. Dans le contexte de la "maladie sucrée", on utilise l'électrophorèse du zinc, du cuivre et du potassium. La manipulation a un effet bénéfique sur l'état général du corps, améliore les processus métaboliques, réduit les paramètres glycémiques.

L'électrophorèse du potassium est nécessaire pour reconstituer la quantité d'éléments traces dans le corps en raison de son excrétion massive dans les urines. Le magnésium est nécessaire au cours normal du métabolisme, à la normalisation du cholestérol et du sucre, améliorant ainsi le pancréas. Lorsque l'angiopathie des extrémités inférieures en utilisant une électrophorèse avec du thiosulfate de sodium ou la novocaïne, réduisant ainsi la douleur, et semble résoudre effet anti-sclérotique.

Magnétothérapie largement utilisée, qui a une action analgésique, immunomodulatrice et angioprotectrice. L'inductothermie (l'utilisation d'un champ magnétique haute fréquence) est nécessaire pour améliorer la microcirculation du sang et de la lymphe. L'oxygénation hyperbare (utilisation d'oxygène sous haute pression) permet d'éliminer diverses formes d'hypoxie, d'améliorer l'état général du patient, de réduire la dose d'insuline et d'autres médicaments utilisés, d'améliorer la circulation sanguine et d'activer le pancréas.

L'acupuncture est une autre méthode efficace de thérapie. Les aiguilles sont utilisées pour traiter la neuropathie. Ils sont nécessaires pour améliorer la conduction nerveuse, augmenter la sensibilité des membres inférieurs, réduire les douleurs. Dans le même but, l'acupression, l'électro acupuncture et l'acupuncture au laser sont utilisés.

La méthode suivante est la plasmaphérèse. Cette méthode consiste en ce que le plasma sanguin du patient est retiré et remplacé par des substituts du plasma. Un tel traitement est efficace dans un contexte d'insuffisance rénale et de complications septiques. Une autre méthode de thérapie - la balnéothérapie (utilisant de l'eau minérale naturelle ou préparée artificiellement), qui fait partie de la cure thermale.

Remèdes populaires

Le traitement avec des remèdes populaires devrait se faire sous la supervision d'un spécialiste qualifié. L'automédication dans ce cas n'est pas recommandée. Les recettes suivantes sont populaires.

Recette n ° 1
Décoction de fleurs de tilleul. La matière première est remplie d'eau dans la proportion d'un verre de fleurs par litre d'eau. Faire bouillir pendant 15 minutes et après refroidissement, filtrer et prendre de petites gorgées tout au long de la journée.

Recette n ° 2
Dans la tasse d'eau bouillante ajouter un bâton de cannelle, laisser infuser pendant une demi-heure. Entrez ensuite une cuillère à soupe de miel et laisser reposer une autre solution pendant 3 heures. Prenez une journée en petites gorgées.

Recette n ° 3
Il est nécessaire de préparer un mélange d'un oeuf cru et demi-tasse de jus de citron. Un tel remède est bon pour réduire la glycémie. Il est pris une heure avant le petit-déjeuner.

Malheureusement, la question de savoir s'il faut guérir le diabète, la médecine moderne ne peut donner une réponse affirmative. Il existe un certain nombre de nouvelles techniques, mais la plupart d’entre elles sont encore en développement. Une gamme complète de mesures de médecin sélectionnées aidera à obtenir une indemnisation de la maladie, prévenir les complications et maintenir la qualité de vie du patient à un niveau élevé.

Diabète sucré de type 1

Le diabète sucré de type 1 se rapporte à l'organe-maladie auto-immune classique, ce qui conduit à la destruction des cellules ß insulinoprodutsiruyuschih carence absolue en insuline du développement du pancréas.

Les personnes qui souffrent de cette maladie ont besoin d'une insulinothérapie pour le diabète de type 1, ce qui signifie qu'elles ont besoin d'injections quotidiennes d'insuline.

Les conditions diététiques, l'exercice régulier et la surveillance constante de la glycémie sont également très importants pour le traitement.

C'est quoi

Pourquoi cette maladie survient-elle et qu'est-ce que c'est? Le diabète sucré de type 1 est une maladie auto-immune du système endocrinien, dont le principal symptôme diagnostique est:

  1. L'hyperglycémie chronique est une augmentation du taux de sucre dans le sang.
  2. La polyurie, conséquence de cela: soif; perte de poids appétit excessif ou diminué; fatigue générale sévère du corps; douleur à l'abdomen.

Le plus souvent tombent malades jeunes (enfants, adolescents, adultes de moins de 30 ans), peut être congénitale.

Le diabète se développe quand il se produit:

  1. Production insuffisante d'insuline par les cellules endocrines pancréatiques.
  2. La perturbation de l'interaction de l'insuline avec des cellules de tissu de corps (résistance à l'insuline) par suite de changements dans la structure ou la réduction du nombre de récepteurs spécifiques pour l'insuline, en changeant la structure de l'insuline ou des troubles de la transmission des mécanismes intracellulaires de la signalisation des récepteurs des organelles de cellules.

L'insuline est produite dans le pancréas - un organe situé derrière l'estomac. Le pancréas consiste en un groupe de cellules endocrines appelées îlots. Les cellules bêta dans les îlots produisent de l'insuline et la libèrent dans le sang.

Si les cellules bêta ne produisent pas suffisamment d'insuline ou le corps ne répond pas à l'insuline, qui est présent dans le corps, le glucose commence à accumuler dans le corps, plutôt que absorbé par les cellules, conduisant au diabète ou de prédiabète.

Les causes

Bien que le diabète soit l’une des maladies chroniques les plus répandues sur la planète, en science médicale, il n’existe toujours pas de preuve non équivoque des causes de cette maladie.

Souvent, pour la possibilité de développer un diabète, les conditions préalables suivantes sont nécessaires.

  1. Prédisposition sur la génétique.
  2. La désintégration des cellules β qui composent le pancréas.
  3. Cela peut se produire, à la fois sous des effets indésirables externes et sous auto-immun.
  4. La présence de stress psycho-émotionnel de nature constante.

Le terme "diabète" a été introduit pour la première fois par le médecin romain Aretius, qui a vécu au deuxième siècle de notre ère. Il a décrit la maladie comme suit: «Le diabète est une souffrance terrible, peu fréquente chez les hommes, qui dissout la chair et les membres dans les urines.

Les patients, sans cesse, sécrètent de l'eau dans un flux continu, comme dans les conduites d'eau ouvertes. La vie est courte, désagréable et douloureuse, la soif est insoutenable, l'apport en liquides est excessif et ne correspond pas à l'énorme quantité d'urine due à un diabète encore plus grand. Rien ne peut les empêcher de prendre des liquides et de libérer de l'urine. Si, pendant une courte période, ils refusent de prendre un liquide, ils se dessèchent dans la bouche, la peau et les muqueuses sèchent. Les patients ont des nausées, ils sont nerveux et meurent peu de temps. "

Que se passe-t-il si je ne guéris pas?

Le diabète sucré est terrifiant par son influence destructrice sur les vaisseaux sanguins humains, petits et grands. Médecins aux patients qui ne sont pas engagés dans le traitement du diabète sucré de type 1, les prévisions donnent des résultats décevants: le développement de toutes les maladies cardiaques, des dommages aux reins et aux yeux, la gangrène des extrémités.

Par conséquent, tous les médecins recommandent seulement que, dès les premiers symptômes, vous devez vous rendre dans un établissement médical et effectuer des tests de dépistage du sucre.

Conséquences

Les conséquences du premier type sont dangereuses. Parmi les conditions pathologiques peuvent être identifiés comme suit:

  1. Angiopathie - lésion des vaisseaux sanguins sur fond d'insuffisance énergétique des capillaires.
  2. Néphropathie - la défaite des glomérules rénaux dans le contexte des troubles de l'approvisionnement en sang.
  3. Rétinopathie - Dommages à la rétine de l'œil.
  4. Neuropathie - dommages aux membranes des fibres nerveuses
  5. Pied diabétique - caractérisé par de multiples lésions des membres avec mort cellulaire et l'apparition d'ulcères trophiques.

Sans une insulinothérapie substitutive, un patient diabétique de type 1 ne pourra pas vivre. Avec une insulinothérapie inadéquate, contre laquelle les critères de compensation SD ne sont pas atteints et que le patient est en état d'hyperglycémie chronique, les complications tardives commencent à se développer rapidement et à progresser.

Les symptômes

La maladie héréditaire de diabète de type 1 peut être détectée par ces symptômes:

  • soif constante et, par conséquent, mictions fréquentes, entraînant une déshydratation du corps;
  • perte de poids rapide;
  • sensation constante de faim;
  • faiblesse générale, détérioration rapide du bien-être;
  • l'apparition du diabète de type 1 est toujours aiguë.

Après avoir découvert les symptômes du diabète, vous devez passer immédiatement un examen médical. Si un tel diagnostic se produit, le patient a besoin d'une surveillance médicale régulière et d'une surveillance constante de la glycémie.

Diagnostic

Le diagnostic de diabète de type 1 dans la plupart des cas, en fonction de la détection d'une hyperglycémie importante à jeun et pendant la journée (postprandiale) chez les patients présentant des manifestations cliniques graves carence absolue en insuline.

Résultats montrant qu'une personne est diabétique:

  1. Le glucose dans le plasma sanguin sur un estomac vide est de 7,0 mmol / L ou plus.
  2. Pendant le test de deux heures pour la tolérance au glucose était un résultat de 11,1 mmol / l et au-dessus.
  3. Le sucre dans le sang avec une mesure aléatoire était de 11,1 mmol / L ou plus, et il y avait des symptômes de diabète.
  4. Hémoglobine glyquée HbA1C - 6,5% ou plus.

S'il y a un lecteur de glycémie à la maison, mesurez simplement le sucre pour eux sans avoir à aller au laboratoire. Si le résultat est supérieur à 11,0 mmol / l, c'est probablement le diabète.

Méthodes de traitement du diabète sucré de type 1

Il faut tout de suite dire que le diabète du premier degré ne peut être guéri. Aucun médicament ne peut régénérer les cellules qui meurent dans le corps.

Les objectifs du traitement du diabète de type 1:

  1. Gardez la glycémie aussi proche de la normale que possible.
  2. Surveiller la pression artérielle et d'autres facteurs de risque cardiovasculaire. En particulier, avoir des résultats d'analyse sanguins normaux pour le «mauvais» et le «bon» cholestérol, la protéine C-réactive, l'homocystéine, le fibrinogène.
  3. Si les complications du diabète se manifestent, alors découvrez-le dès que possible.
  4. Plus le sucre chez un diabétique est proche des paramètres normaux, plus le risque de complications dans le système cardiovasculaire, les reins, la vue et les jambes est faible.

La principale orientation dans le traitement du diabète de type 1 est le contrôle constant de la glycémie, des injections d'insuline, de l'alimentation et de l'exercice régulier. Le but est de maintenir la glycémie dans les limites normales. Un contrôle plus strict de la glycémie peut réduire le risque de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral lié au diabète de plus de 50%.

Insulinothérapie

Le seul moyen possible d'aider un patient atteint de diabète de type 1 est de prescrire une insulinothérapie.

Le traitement est prévue plus tôt, meilleure sera l'état général du corps, comme une première étape du diabète est caractérisé par un degré de production insuffisante d'insuline par le pancréas, et en outre il cesse de produire du tout. Et il est nécessaire d'entrer de l'extérieur.

Pris individuellement doses, tout en essayant de simuler les fluctuations de l'insuline humaine en bonne santé (maintien d'un niveau de fond de la sécrétion (technique non-écriture) et postprandiale - postprandiale). Pour cette utilisation insulines ultracourtes, à court, à action intermédiaire et longue durée d'action dans diverses combinaisons.

Habituellement, l'insuline prolongée est administrée 1 à 2 fois par jour (matin / soir, matin ou soir). Une petite insuline est injectée avant chaque repas - 3 à 4 fois par jour et au besoin.

Régime alimentaire

Pour avoir un bon contrôle du diabète de type 1, vous devez apprendre beaucoup d'informations différentes. Tout d'abord, découvrez quels aliments élèvent votre sucre et lesquels ne le sont pas. Le régime diabétique peut être utilisé par toutes les personnes qui suivent un mode de vie sain et qui veut préserver la jeunesse et un corps solide pendant de nombreuses années.

Tout d'abord c'est:

  1. Exclusion des glucides simples (raffinés) (sucre, miel, confiserie, confiture, boissons sucrées, etc.); utiliser principalement des glucides complexes (pain, céréales, pommes de terre, fruits, etc.).
  2. Respect des repas réguliers (5-6 fois par jour en petites portions);
    Restriction des graisses animales (graisses, viandes grasses, etc.).

Une inclusion suffisante des légumes, des fruits et des baies dans le régime est utile, car ils contiennent des vitamines et des oligo-éléments, sont riches en fibres alimentaires et assurent un métabolisme normal dans le corps. Mais il faut garder à l'esprit que dans la composition de certains fruits et baies (pruneaux, fraises, etc.), il y a beaucoup de glucides, de sorte qu'ils ne peuvent être consommés qu'en tenant compte de la quantité quotidienne de glucides dans l'alimentation.

Pour le contrôle du glucose est utilisé un tel indicateur, comme l'unité de grain. Il est introduit pour contrôler la teneur en sucres dans les aliments. Une unité de grain équivaut à 12 grammes de glucides. Pour l'utilisation d'une unité de grain, une moyenne de 1,4 unité d'insuline est requise. Ainsi, il est possible de calculer les besoins moyens du corps du patient en sucres.

Le diabète n ° 9 associé au diabète implique un apport en graisses (25%), des glucides (55%) et des protéines. Une restriction plus sévère des sucres est nécessaire chez les patients présentant une insuffisance rénale.

Activité physique

En plus du traitement de l'alimentation, la thérapie à l'insuline et l'auto-contrôle minutieux, les patients doivent maintenir leur forme physique, en appliquant l'exercice qui a déterminé par le médecin traitant. Un tel ensemble de méthodes pour aider à perdre du poids, prévenir le risque de maladies cardio-vasculaires chroniques sosudistnyh hypertension artérielle.

  1. Pendant les séances, la sensibilité des tissus de l'organisme à l'insuline et le taux d'absorption augmentent.
  2. Augmente la consommation de glucose sans portions supplémentaires d'insuline.
  3. Avec un entraînement régulier, la normoglycémie se stabilise beaucoup plus rapidement.

L'exercice a un effet profond sur le métabolisme des glucides, il est donc important de se rappeler que pendant l'entraînement, le corps utilise activement les réserves de glycogène, de sorte qu'après une hypoglycémie de classe, on peut observer.

Diabète de type 1 - traitement avec les dernières méthodes

Les méthodes modernes de traitement du diabète de type 1 visent à trouver de nouveaux médicaments pouvant sauver le patient de l'administration quotidienne d'insuline. Ces méthodes devraient améliorer l'assimilation du glucose par les cellules, prévenir le traumatisme des vaisseaux sanguins et d'autres complications du diabète

Diabète premier type - maladie auto-immune, la principale caractéristique est l'absence de propre insuline dans le corps. L'insuline produit des cellules bêta dans les zones endocrines (les îlots de Langerhans) du pancréas. Une fois qu'un patient manque d'insuline, ses cellules bêta ne peuvent plus sécréter d'insuline. Parfois, des doutes sur l'efficacité du traitement de la tige est basée sur le fait que la régénération des cellules bêta qui parviennent à initier en utilisant les propres cellules souches du patient - il n'y a rien comme jouer dans les îlots de Langerhans exactement les mêmes cellules « défectueux », qui peut aussi produire de l'insuline.

Si c'était un défaut des cellules bêta, alors peut-être que ce serait le cas. Mais le défaut auto-immun est transmis non pas aux cellules sécrétoires, mais aux cellules du système immunitaire. Les cellules bêta chez une personne atteinte d'un premier type de diabète sont en principe en bonne santé. Mais le problème est qu'ils sont supprimés par le système immunitaire du corps. C'est le défaut!

Comment se développe la maladie? La poussée initiale est un processus inflammatoire dans le pancréas, appelé insulite. Il se produit en raison de l'infiltration de cellules du système immunitaire (lymphocytes T) dans les îlots de Langerhans. En raison d'un défaut de codage, les lymphocytes T sont reconnus dans les cellules bêta d'étrangers, porteurs d'infection. La tâche des lymphocytes T étant de détruire ces cellules, elles détruisent les cellules bêta. Les cellules bêta détruites ne sont pas capables de produire de l'insuline.

En principe, les îlots de Langerhans contiennent un stock très important de cellules bêta, de sorte que leur perte initiale ne provoque pas de pathologie grave. Mais comme les cellules bêta ne s’auto-réparent pas et que les lymphocytes T continuent à les détruire, tôt ou tard, le manque d’insuline produite entraîne une maladie du sucre.

Le diabète (le premier type) entraîne la destruction de 80 à 90% des cellules bêta. Et à mesure que la destruction se poursuit, les symptômes de la carence en insuline progressent.

La carence en insuline provoque une pathologie sévère. Le sucre (glucose) n'est pas absorbé par les tissus et les cellules dépendant de l'insuline. Il n'est pas digéré - cela signifie qu'il ne les alimente pas énergiquement (le glucose est la principale source d'énergie au niveau biochimique). Le glucose non revendiqué est stocké dans le sang, le foie ajoute quotidiennement 500 g de glucose nouveau. D'autre part, le manque de sources d'énergie dans les tissus inhibe le processus de fractionnement des graisses. La graisse commence à se séparer de ses réservoirs de tissus naturels et pénètre dans la circulation sanguine. À partir des acides gras libres, les corps cétoniques (acétone) se forment dans le sang, conduisant à une acidocétose dont le point final est le coma cétoacidotique.

Certaines méthodes de traitement du diabète de type 1 donnent déjà de bons résultats. Bien sûr, certains d'entre Neh encore mal compris - c'est leur principal inconvénient, mais si le pancréas a développé toutes ses ressources, les patients ont été traités spécifiquement. Quelles méthodes de traitement sont déjà mises en pratique dans les pays avancés?

Traitement du diabète de type 1 avec cellules souches

Le traitement du diabète avec des cellules souches dans les cliniques de l'Allemagne devient la technique la plus populaire et réussie, elle est associée à l'espoir de nombreux médecins et patients. A propos de cette technique, vous pouvez lire sur notre site Web plus en détail dans un article séparé.

Traitement du diabète sucré de type 1 avec vaccin

Diabète de type 1 de données récentes - maladie auto-immune, où T leucocytes détruisent les cellules bêta du pancréas. Une conclusion simple est de se débarrasser des leucocytes T. Mais si vous détruisez ces leucocytes, le corps perdra sa protection contre l'infection et l'oncologie. Comment résoudre ce problème?

Actuellement, en Amérique et en Europe, un médicament est en cours de développement pour empêcher la destruction des cellules bêta par le système immunitaire de l'organisme. La dernière étape des tests est maintenant en cours. Le nouveau médicament est un vaccin basé sur la nanotechnologie, qui corrige les leucocytes T infligé des dommages et active d'autres « bonnes », mais plus faibles T leucocytes. Les leucocytes T plus faibles sont appelés bons, car ils ne détruisent pas les cellules bêta. Le vaccin doit être utilisé au cours des six premiers mois suivant le diagnostic de «diabète sucré de type 1». Un vaccin est également mis au point pour prévenir le diabète sucré, mais il ne faut pas s’attendre à des résultats rapides. Tous les vaccins sont encore loin d'être utilisés commercialement.

Traitement du diabète sucré de type 1 par hémocorrection extracorporelle

Les médecins de nombreuses cliniques allemandes traitent le diabète sucré non seulement avec des méthodes conservatrices, mais aussi avec l'aide de technologies médicales modernes. L’une des méthodes les plus récentes est l’hémocorrection extracorporelle, qui est efficace même lorsque l’insulinothérapie ne fonctionne pas. Les indications de l'hémocorrection extracorporelle sont la rétinopathie, l'angiopathie, la diminution de la sensibilité à l'insuline, l'encéphalopathie diabétique et d'autres complications graves.

L'essence du traitement du diabète de type 1 par hémocorrection extracorporelle consiste à éliminer de l'organisme les substances pathologiques à l'origine des lésions vasculaires diabétiques. L'effet est obtenu en modifiant les composants du sang afin de modifier ses propriétés. Le sang passe à travers l'appareil avec des filtres spéciaux. Ensuite, il est enrichi en vitamines, médicaments et autres substances utiles et retourne dans le sang. Le traitement du diabète sucré avec hémocorrection extracorporelle a lieu à l'extérieur du corps, de sorte que le risque de complications est minimisé.

En Allemagne, les types d'hémocorrection extracorporelle les plus courants sont la filtration en cascade du plasma et la cryoaphérèse. Ces procédures sont effectuées dans des bureaux spécialisés sur des équipements modernes.

Traitement du diabète sucré par transplantation du pancréas et des cellules bêta individuelles

Les chirurgiens d'Allemagne au 21ème siècle ont d'énormes opportunités et une vaste expérience dans la conduite d'opérations de transplantation. Les patients atteints de diabète de type 1 sont traités avec succès par une transplantation de l'ensemble du pancréas, des tissus individuels, des îlots de Langerhans et même des cellules. Ces opérations vous permettent de corriger les anomalies métaboliques et de prévenir ou de retarder les complications du diabète.

Transplantation de pancréas

Si la médecine choisie correctement contre le rejet de greffe par le système immunitaire, le taux de survie après la transplantation du pancréas entier est jusqu'à 90% au cours de la première année de vie, et le patient peut aller sans insuline pendant 1-2 ans.

Mais une telle opération est effectuée dans des conditions sévères, étant donné que le risque de complications pendant la chirurgie est toujours élevé, et les médicaments qui suppriment le système immunitaire, causant de graves conséquences. De plus, il y a toujours une forte probabilité de rejet.

Transplantation d'îlots de Langerhans et de cellules bêta individuelles

Au 21ème siècle, des travaux sérieux sont en cours pour étudier les possibilités de transplanter les îlots de Langerhans ou des cellules bêta individuelles. Pour une utilisation pratique de cette technique, les médecins sont toujours prudents, mais les résultats sont inspirants.

Les médecins et scientifiques allemands sont optimistes quant à l'avenir. De nombreuses études sont à la maison et leurs résultats sont encourageants. De nouvelles méthodes de traitement du diabète de type 1 chaque année un bon départ dans la vie, et très bientôt, les patients seront en mesure de mener une vie saine et ne pas être dépendants de l'insuline.

Principes de base du traitement du diabète sucré de type 1

A propos de l'article

Pour devis: Chazova Т.Е. Principes de base du traitement du diabète de type 1 // RM. 2003. № 27. P. 1507

La pathogenèse du diabète de type 1 est bien comprise. Au coeur de cette maladie se cache agression auto-immune, avec pour conséquence la destruction des cellules β des îlots de Langerhans. Les stades antérieurs de la manifestation clinique du diabète de type 1 sont asymptomatiques (Figure 1). Il y a une diminution progressive de la masse des cellules productrices d'insuline, et des sécrétions de sécrétion d'insuline se développent. À ces stades, la maladie survient sans signes cliniques de carence en insuline. Endocrinologie et diabétologie rencontrent les patients diabétiques de type 1 est le plus souvent au moment de la manifestation clinique de la maladie, les symptômes de l'acidocétose diabétique, témoigne du fait que plus de 80% b-cellules du pancréas ont été détruits. La poursuite de la destruction des cellules ß conduit à une carence absolue en insuline à l'avenir.

Fig. 1. Stades de développement du diabète sucré de type 1

Actuellement, le seul traitement pour ces patients est un traitement substitutif à l'insuline à vie.

Qu'est-ce qui menace le développement du diabète? Le problème principal et encore non résolu pour tout patient diabétique est le développement de complications tardives du diabète, qui non seulement aggravent la qualité de vie des patients, mais également une invalidité précoce et un décès prématuré des patients.

Parmi les complications du diabète de type 1 est acceptée par la fréquence d'apparition en premier lieu d'allouer microangiopathie - Néphropathie, causant éventuellement développer une insuffisance rénale au stade final et la rétinopathie, conduisant à une perte de vision irréversible. La neuropathie diabétique est un risque de développement du syndrome du pied diabétique, viole l'innervation des organes internes, ce qui provoque un dysfonctionnement des organes vitaux. Pas moins graves conséquences menaçaient l'athérosclérose accélérée prématurée - la défaite des grands vaisseaux menant au développement de crises cardiaques et accidents vasculaires cérébraux.

Etude multicentrique DCCT (Diabetes Control Complication Trail) a permis en 1996 de répondre à toute une série de questions de principe concernant le traitement et le développement des complications du diabète de type 1.

Tout d'abord, les résultats de cette étude ont complété la discussion sur le rôle de l'hyperglycémie dans le développement de complications tardives du diabète. Le rôle de la compensation du métabolisme glucidique dans le ralentissement et la prévention du développement de complications a été prouvé. Nous pouvons citer un seul résultat de cette étude - la réduction de l'hémoglobine glyquée (HbA1c), principal indicateur du métabolisme des glucides, réduisait de 1% le risque de complications tardives. Il est devenu évident que pour prévenir et ralentir le développement des complications du diabète, il est nécessaire de garantir une compensation stable du diabète.

Critères d’indemnisation du diabète de type 1 actuellement acceptés (European Policy of Diabetes Policy Group, 1998):

  • Glycémie à jeun et avant les repas 5.1-6.5 mmol / l
  • Glycémie 2 heures après avoir mangé 7,6-9,0 mmol / l
  • Avant d'aller au lit 6,0-7,5 mmol / l
  • Aketonuria
  • HbA1c 6,2-7,5% (N 1,2, TG 12 mmol / l - 5 U / heure.

Correction du métabolisme glucidique dans le contexte de l'infarctus aigu du myocarde et de l'affaiblissement aigu de la circulation cérébrale

Il est bien connu que la principale cause de décès des patients diabétiques est la défaite du système cardiovasculaire. La maladie cardiaque la plus répandue est la cardiopathie ischémique, qui repose sur le développement de l'athérosclérose des artères coronaires. Sa contribution à l'accélération de l'athérogenèse est causée par la décompensation chronique du métabolisme des glucides, de la dyslipidémie et de l'hypertension, qui surviennent chez 60 à 90% des patients diabétiques.

Les complications du diabète - cardiomyopathie diabétique et la neuropathie autonome cardiaque sont des facteurs de pondération supplémentaires jouent un rôle important à la fois la possibilité d'un infarctus du myocarde, et les effets de pondération de l'ischémie. De nombreux "facteurs de risque modifiables" pour le développement de l'athérosclérose chez les patients diabétiques restent sans attention des médecins et ne sont pas corrigés. Dans la littérature publiée directives claires et des recommandations fondées sur les résultats des études multicentriques, mais ils ne sont pas toujours utilisés dans la pratique, comme un guide à l'action. L'incidence de l'infarctus du myocarde (IM) et les prédictions chez les patients atteints de diabète sucré restent décevantes.

Une seule étude multicentrique a été menée sur la prise en charge des patients atteints de diabète et d’infarctus du myocarde: DIGAMI (infarctus aigu du myocarde du diabète sucré). Cette étude a porté sur 620 patients diabétiques présentant un infarctus aigu du myocarde et une hyperglycémie supérieure à 11 mmol / l. Avec la nomination de l'insuline et le maintien de la glycémie de 8 à 10 mmol / l, la mortalité dans la première année après une crise cardiaque a diminué de 33%. Nous citons Insulinothérapie recommandée avec AMI actuellement:

  • Le but - la réalisation de la normoglycémie (acceptable - glycémie dans la gamme de 6-8 mmol / l)
  • Perfusion d'insuline
  • Élimination de l'hyperglycémie
  • Prévention de l'hypoglycémie

50 unités d'insuline à action rapide sont ajoutées à 50 ml d'une solution à 0,9% de NaCl, la perfusion est réalisée à l'aide d'un perfusomat. Une solution de glucose à 10% est injectée à un débit de 100 ml / h. Le contrôle de la glycémie et, si nécessaire, la modification de la quantité d’insuline administrée sont effectués toutes les heures.

S'il n'est pas possible d'administrer de l'insuline à l'aide d'une pompe à seringue, le schéma de perfusion de CPG décrit ci-dessus peut être utilisé. Les doses d'insuline sont indiquées en annexe (voir ci-dessous).

Lors de la détermination des doses d'insuline recommandées, il est nécessaire d'évaluer l'état clinique du patient, la présence de complications possibles de l'infarctus du myocarde et le degré de leur sévérité. En présence d'un IDM compliqué, la résistance à l'insuline augmente et les doses d'insuline doivent être augmentées.

Le trouble de la circulation cérébrale aiguë se caractérise par l'apparition soudaine de symptômes neurologiques focaux et / ou d'atteintes cérébrales. Par nature, les options suivantes sont distinguées: ischémique et hémorragique. Selon la variante du flux, il est également possible de distinguer une altération transitoire de la circulation cérébrale (attaques ischémiques transitoires), dans lesquelles les symptômes neurologiques disparaissent en quelques minutes, moins souvent - heures.

Parmi les patients ayant subi un AVC, selon différents auteurs, de 7% à 28% sont des patients diabétiques. La mortalité hospitalière en présence de diabète est supérieure à 30%. Analyse de la hausse observée au cours des 17 dernières années, un grand groupe de diabétiques de type 1, publiée dans la revue Stroke, montre que la course a été la cause de la mort est 5 fois plus fréquente chez les patients atteints de diabète de type 1 que dans le même groupe d'âge chez les personnes non diabétiques.

L'hyperglycémie aggrave l'état des cellules à l'origine de l'ischémie. Avec l'hyperglycémie, une voie anaérobie du métabolisme du glucose est incluse, une augmentation locale de la production de lactate se produit, ce qui aggrave considérablement les troubles déjà existants dans le foyer ischémique.

Une question très importante est le choix des tactiques de l'insulinothérapie, la détermination des paramètres glycémiques qui doivent être fournis dans le cas de l'ONMC.

Quels indicateurs de glycémie devraient être recherchés dans le traitement d'un patient présentant une altération de la circulation cérébrale? À l'heure actuelle, on considère qu'avec des attaques ischémiques transitoires, il est plus correct d'obtenir une normoglycémie (de 4 à 6 mmol / l). En présence de ONMK, des niveaux de glycémie de 7-11 mmol / l sont considérés comme optimaux. C'est à de telles vitesses que l'effet protecteur maximal sur la zone "pénombre ischémique" est assuré, c'est-à-dire sur les neurones dont la fonction peut encore être restaurée.

Prise en charge des patients atteints de diabète de type 1 en période périopératoire

Les patients recevant une insulinothérapie et les patients diabétiques devant subir une intervention chirurgicale extensive sont invités à administrer une perfusion de glucose-insuline-potassium (CPG).

Au début de l'opération, perfusion de glucocorticoïdes à raison de 100 ml / h

  • 500 ml de solution de glucose à 10%
  • +10 unités d'insuline à courte durée d'action
  • +10 mmol KCl (750 mg de matière sèche)
  • contrôle du niveau de glycémie par heure, le niveau de glycémie recommandé est de 6-12 mmol / l. La teneur en insuline et en potassium de l'HIC varie en fonction de la glycémie et du taux de potassium dans le sang.

La perfusion de HIC se poursuit jusqu'à ce que le patient ne puisse pas passer à un apport indépendant en nourriture et en liquides. La perfusion de CPG nécessite le contrôle du niveau d'électrolytes, de la glycémie. Lorsque la perfusion est effectuée pendant plus de 24 heures, il est nécessaire de surveiller la créatinine, l'azote de l'urée et la décision de passer à une nutrition parentérale.

S'il est nécessaire de réduire le volume de liquide injecté chez les patients âgés, les patients souffrant d'insuffisance cardiaque peuvent utiliser:

  • 500 ml de solution de glucose à 20%
  • débit de perfusion de 50 ml / h
  • +20 unités d'insuline à courte durée d'action
  • +KCl 20 mM

Avec les complications, l'infection, la thérapie concomitante avec les glucocorticoïdes, le besoin d'insuline augmente et est de 0,4 à 0,8 unité par gramme de glucose administré.

  • Comptabilisation obligatoire de la thérapie hypoglycémique antérieure (administration d'insuline d'action courte en moins de 5 heures, insuline prolongée en moins de 12 heures), contrôle minutieux de la glycémie (pour exclure l'hypoglycémie). Dans l'hypoglycémie, 20 ml de solution de glucose à 40% sont injectés par voie intraveineuse.
  • Lors de la décomposition du diabète, de l'acidocétose, de la perfusion d'insuline et de KCl dans une solution à 0,9% de NaCl, lorsque la glycémie atteint 13 mmol / l, passer à l'administration de glucose. Lors de la restauration de l'équilibre électrolytique, passez au schéma standard ci-dessus de prise en charge du patient.

Il est recommandé de contrôler la glycémie toutes les heures (avec une glycémie stable de 4 à 6 mmol / L pendant 3 heures, un contrôle glycémique toutes les 2 heures).

Il est nécessaire de contrôler la teneur en potassium (à une concentration de Ј 3,6 mmol / l, ajouter 10 mM de KCl par heure à la perfusion).

1. Dedov II, Kuraeva TL, Peterkova

Centre du diabète du Département de la santé publique de Moscou, State Endocrinology.

Centre du diabète du département de la santé de la ville de Moscou

Diabète sucré type 1: symptômes et traitement

Le diabète sucré de type 1 - les principaux symptômes:

  • Des faiblesses
  • Démangeaisons de la peau
  • Nausée
  • Trouble du sommeil
  • Mictions fréquentes
  • Perte de poids
  • Vomissements
  • Irritabilité
  • Bouche sèche
  • Augmentation de l'appétit
  • Sécheresse de la peau
  • Un sentiment constant de faim
  • Diminution des performances
  • Déficience visuelle
  • Sécheresse des muqueuses
  • Faible immunité
  • Soif
  • Incontinence urinaire la nuit
  • Convulsions des membres inférieurs

Le diabète sucré de type 1 est un type de maladie dépendant de l'insuline, il a des causes plutôt spécifiques. Affecte le plus souvent les jeunes jusqu'à l'âge de trente-cinq ans. La principale source de cette maladie est une prédisposition génétique, mais les experts en endocrinologie identifient d'autres facteurs prédisposants.

Pathology a des symptômes spécifiques et est exprimé dans la soif constante et accélérait pousser l'émission d'urine, une diminution du poids corporel qui se produit avec augmentation de l'appétit et des démangeaisons inexpliquées.

Pour établir le diagnostic correct et la différenciation du diabète de type 1 par rapport au second, une large gamme de tests de laboratoire seront nécessaires. De plus, l'examen physique ne joue pas le rôle le plus important.

Le traitement implique l'utilisation de techniques conservatrices basées sur une insulinothérapie de remplacement.

Étiologie

Les causes sous-jacentes du diabète de type 1 sont une prédisposition génétique. Il est à noter que la probabilité que l'enfant développe une maladie sera légèrement différente selon le membre de la famille qui souffre d'une maladie similaire. Par exemple:

  • avec une mère malade, les chances ne dépassent pas 2%;
  • si la maladie est diagnostiquée chez le père, la possibilité varie de 3 à 6%;
  • l'évolution d'une pathologie telle que le diabète sucré de type 1 chez un frère ou une sœur augmente la probabilité de six pour cent ou plus.

Parmi les autres facteurs prédisposants qui augmentent significativement les chances de développer une maladie, les endocrinologues distinguent:

  • l'évolution d'un diabète sucré de type 2 chez l'un des proches parents;
  • vif pour une maladie d'origine virale ou infectieuse chez les humains sensibles aux maladies - ces troubles comprennent la rougeole ou la rubéole, la varicelle ou les oreillons, et l'influence pathologique de cytomégalovirus et le virus Coxsackie B;
  • la destruction des cellules bêta d'un organe tel que le pancréas responsable de la sécrétion d'insuline et d'une diminution du taux de sucre. C'est pour cette raison qu'il devient clair pourquoi ils appellent le diabète sucré insulino-dépendant de type 1;
  • impact soudain ou prolongé de situations stressantes - ceci est dû au fait qu’elles sont provocatrices de la rémission de maladies chroniques ou des actions de pathogènes;
  • La présence chez l'homme de processus auto-immuns qui perçoivent les cellules bêta comme étrangères, ce qui provoque leur destruction par l'organisme;
  • prise désordonnée de certains médicaments, ainsi que traitement prolongé de tout processus cancéreux chez les hommes ou les femmes utilisant la chimiothérapie;
  • influence des produits chimiques - des cas ont été enregistrés lorsque le diabète était causé par la pénétration du poison dans le corps humain;
  • le déroulement du processus inflammatoire dans les îlots du pancréas, appelés insulites;
  • processus de rejet des processus de cet organe, pourquoi des anticorps cytotoxiques sont attribués;
  • présence d'un excès de poids chez une personne.

Il convient de noter que, dans certains cas, les causes du développement d’une telle maladie restent inconnues.

La réponse à la question - si le diabète sucré est traité complètement, est dictée par le facteur étiologique.

Classification

L'endocrinologie distingue deux formes de la maladie:

  • La - le diabète de type 1 est présent chez les enfants et a un caractère viral;
  • 1b - est considéré comme la forme la plus courante de la maladie, car des anticorps dirigés contre les insulocytes sont libérés, ce qui entraîne une diminution ou une cessation complète de la libération d'insuline par le pancréas. Ce type se développe chez les adolescents et les personnes de moins de 35 ans.

Au total, ce diabète sucré est diagnostiqué dans environ 2% des cas.

Pour des raisons de développement, ces types de pathologie sont distingués:

  • autoimmune - la survenue est due au déroulement d'un processus auto-immun;
  • inflammatoire - s'exprime sur le fond des lésions inflammatoires des cellules pancréatiques;
  • idiopathique - dans de tels cas, les causes de la maladie restent inconnues.

Lors de sa formation, la maladie passe par trois étapes:

  • prédiabète - il n'y a donc pas de déviation de l'état de santé du patient ou d'analyses en laboratoire;
  • forme cachée - caractérisé par le fait que la symptomatologie sera totalement absente, mais lors d'essais en laboratoire sur l'urine et le sang, il y aura des écarts mineurs;
  • forme explicite, les symptômes sont exprimés aussi brillamment que possible.

On distingue en outre les types suivants de diabète sucré de type 1:

  • lumière - les signes cliniques n'apparaissent pas, mais il y a une légère augmentation du glucose dans le sang et son absence totale dans les urines;
  • modéré - est tel, si le glucose est présent à la fois dans le sang et dans l'urine. Il y a aussi une expression insignifiante des principaux symptômes - faiblesse, soif et miction rapide;
  • lourd - Les symptômes sont prononcés, ce qui se traduit par l'apparition d'un coma diabétique et d'autres complications chez l'homme et la femme.

Symptomatologie

Malgré son évolution chronique, la maladie, sous l'influence de facteurs défavorables, se caractérise par un développement rapide et le passage d'un stade de gravité à un autre.

Les signes les plus caractéristiques du diabète de type 1 sont:

  • soif constante - cela conduit au fait qu'une personne peut boire jusqu'à dix litres de liquide par jour;
  • la sécheresse dans la cavité buccale - s'exprime même sur le fond d'un régime de consommation abondant;
  • envie d'uriner abondante et fréquente;
  • augmentation de l'appétit;
  • peau sèche et muqueuses;
  • démangeaisons cutanées sans cause et lésion purulente de la peau;
  • troubles du sommeil;
  • faiblesse et baisse d'efficacité;
  • convulsions des membres inférieurs;
  • diminution du poids corporel;
  • un trouble de la vision;
  • des nausées et des vomissements qui, pendant un certain temps, apportent un soulagement;
  • faim constante;
  • irritabilité
  • incontinence nocturne d'urine - un tel symptôme est le plus typique chez les enfants.

En outre, au cours d'une telle maladie, les femmes et les hommes développent souvent des conditions dangereuses qui nécessitent des soins immédiats et qualifiés. Sinon, des complications se produisent entraînant une issue fatale pour l'enfant ou l'adulte. Ces conditions incluent l'hyperglycémie, caractérisée par une augmentation significative des taux de glucose.

En outre, avec une évolution prolongée de la maladie se produit:

  • réduction de la quantité de cheveux, jusqu'à leur absence totale, sur les jambes
  • apparition d'un xanthomium;
  • la formation de balanoposthite chez l'homme et la vulvovaginite chez la femme;
  • une diminution de la résistance du système immunitaire;
  • défaite du système osseux, rendant une personne plus vulnérable aux fractures.

Il est également intéressant de considérer que la grossesse avec le diabète sucré de type 1 augmente considérablement le cours de la pathologie.

Diagnostic

Le diagnostic de la maladie n'est possible qu'avec l'aide d'études en laboratoire du sang et de l'urine, ainsi que lors de tests et tests spécifiques. Cependant, leur mise en œuvre est précédée du travail personnel du gastro-entérologue avec le patient, visant à:

  • recueillir une histoire de la vie et étudier les antécédents médicaux du patient et de sa famille immédiate - il est possible de déterminer avec précision la cause ou le facteur qui a influencé le développement de la maladie;
  • effectuer un examen physique approfondi, qui doit nécessairement comprendre l'étude de l'état de la peau et des muqueuses;
  • un entretien détaillé du patient est nécessaire pour établir le premier moment et le degré de gravité des symptômes, ce qui permettra au médecin d'établir le stade de la pathologie.

Le diagnostic de laboratoire du diabète sucré de type 1 comprend:

  • analyse clinique générale du sang - pour détecter l'évolution de l'inflammation dans le corps;
  • des tests pour déterminer la glycémie à jeun - il est très important que le patient meurt de faim au moins huit heures, mais pas plus de quatorze heures;
  • test de tolérance au glucose par voie orale - effectué avec des indicateurs douteux de la méthode de diagnostic précédente. Il est également très important que le patient respecte les règles de préparation, y compris une alimentation illimitée de trois jours et une activité physique habituelle. Avant le test, pendant huit heures, vous ne pouvez boire que de l’eau, et vous devez également cesser complètement de fumer;
  • test pour déterminer l'hémoglobine glycosylée;
  • des échantillons pour l'établissement de profils glycémiques - tout en évaluant la fluctuation du glucose tout au long de la journée;
  • analyse générale de l'urine;
  • biochimie du sang;
  • tests pour déterminer la teneur en acétone dans l'urine et les peptides C dans le sang.

Les examens instrumentaux sont limités à l'utilisation de l'échographie ou de l'IRM pour confirmer la présence d'IP.

Traitement

Après avoir confirmé le diagnostic de nombreux patients, la question est-elle possible de guérir le diabète de type 1? Ce n'est pas complètement curable, mais il est possible d'améliorer l'état du patient pendant de nombreuses années à l'aide de telles mesures thérapeutiques:

  • remplacement de l'insulinothérapie - la posologie d'une telle substance est choisie individuellement en fonction de la sévérité du cycle et de la catégorie d'âge du patient;
  • régime économe;
  • mode d'activité physique spécialement conçu - en général, on montre aux patients au moins une heure par jour pour effectuer des exercices de gymnastique légers ou modérés.

L'alimentation dans le diabète de type 1 nécessite le respect des règles suivantes:

  • l'exclusion complète de produits tels que le sucre et le miel, la confiture maison et toute confiserie, ainsi que les boissons gazeuses;
  • enrichir le menu recommandé par pain et céréales, pommes de terre et fruits frais;
  • apport alimentaire fréquent et fractionné;
  • restriction de l'ingestion de graisses d'origine animale;
  • contrôle de la consommation de céréales et de produits laitiers;
  • élimination des excès alimentaires.

Une liste complète des ingrédients autorisés et interdits, ainsi que d'autres recommandations pour la nutrition, est fournie uniquement par le médecin traitant.

En outre, le traitement du diabète chez les enfants et les adultes vise à informer le patient et ses proches du principe de l’utilisation de l’insuline et à fournir les premiers secours pour le développement du coma.

Les patients doivent prendre en compte le fait que la pathologie est traitée uniquement par des méthodes traditionnelles et que l’utilisation de remèdes populaires ne peut qu’aggraver la situation.

Les complications

Ignorer les symptômes et un traitement inadéquat peut entraîner des complications graves du diabète de type 1. Ceux-ci comprennent:

  • acidocétose diabétique - un tel état pathologique est également connu sous le nom de coma cétoacidotique;
  • hyperosmolaire à qui;
  • hypoglycémie;
  • ophtalmologie diabétique et néphropathie;
  • cardiopathie ischémique et accident vasculaire cérébral;
  • la formation d'ulcères sur la peau, jusqu'à la nécrose.

Avec le développement de la maladie chez les femmes enceintes sont des complications - les fausses couches spontanées et des malformations du foetus.

La prévention

À ce jour, la prévention spécifique du diabète de type 1 n'a pas été développée. Pour réduire la probabilité de développement d'une maladie, il est recommandé:

  • abandonner complètement les mauvaises habitudes;
  • bien manger;
  • Prenez des médicaments uniquement selon les directives du clinicien;
  • éviter le stress autant que possible;
  • garder le poids dans les limites normales;
  • planification minutieuse de la grossesse;
  • traitement rapide de toute maladie infectieuse ou virale;
  • un examen régulier chez l'endocrinologue.

Le pronostic, ainsi que le nombre de personnes vivant avec le diabète de type 1, dépendent directement de la conformité du patient à toutes les recommandations thérapeutiques de l'endocrinologue. Les complications peuvent entraîner la mort.

Si vous pensez que vous avez Diabète sucré de type 1 et les symptômes caractéristiques de cette maladie, alors l'endocrinologue peut vous aider.

Nous suggérons également d'utiliser notre service de diagnostic en ligne qui, en fonction des symptômes, sélectionne les maladies probables.

Diabète sucré chez les enfants - un trouble métabolique, y compris les glucides, basé sur un dysfonctionnement du pancréas. Cet organe interne est responsable de la production d'insuline qui, dans le diabète sucré, peut être excessivement faible ou une immunité complète peut être observée. Le taux d'incidence est de 1 enfant pour 500 enfants et chez les nourrissons de 1 à 400 000.

Le diabète sucré est une maladie chronique dans laquelle le travail est soumis à un choc sur le système endocrinien. Le diabète, les symptômes qui sont basées sur l'augmentation à long terme de la concentration de glucose dans le sang et des procédés qui accompagnent les changements du métabolisme, se développe en particulier en raison de la carence en insuline, comme une hormone produite par le pancréas, en raison de laquelle dans le corps est régulée par le glucose de traitement dans les tissus corporels et dans ses cellules.

L'insuffisance du corps, qui est inhérente à la progression de l'affaiblissement de l'apport sanguin au tissu cérébral, s'appelle l'ischémie. Il s'agit d'une maladie grave qui affecte principalement les vaisseaux du cerveau, les obstruant et provoquant ainsi une carence en oxygène.

La stéatogépatite est une maladie inflammatoire inflammatoire qui se développe à la suite d'une violation du métabolisme des graisses et du remplacement des cellules hépatiques saines par un tissu conjonctif. Progresse chez les personnes de différentes catégories d'âge.

Hypervitaminose - une maladie qui provoque l'entrée dans le corps d'une grande quantité d'une vitamine. Récemment, une pathologie similaire devient plus que la prévalence devient l'utilisation de suppléments de vitamine plus populaire.

Grâce à des exercices physiques et à la maîtrise de soi, la plupart des gens peuvent se passer de médicaments.