Image

Insulinothérapie pour le diabète

Table des matières

L'insulinothérapie est un ensemble de mesures visant à compenser les violations du métabolisme glucidique en introduisant des médicaments à base d'insuline dans l'organisme. La méthode de thérapie par insuline est efficace dans le traitement du diabète sucré.

L'insulinothérapie est utilisée pour les conditions suivantes:

  • En tant que traitement temporaire du diabète de type 2, avant l'intervention chirurgicale à venir en cas de développement d'ARVI et d'autres maladies;
  • Traitement avec le diabète de type 1;
  • En thérapie avec le diabète de type 2, si les agents hypoglycémiants ne sont pas efficaces.

Types d'insulinothérapie

Avec l'insulinothérapie, il existe les méthodes de base suivantes:

1) Insulinothérapie basique-bolus. Une personne en bonne santé a un taux stable d'insuline dans le sang sur un estomac vide, qui est le taux de base (basique) de l'hormone. Avec l'insuline normale, après l'ingestion d'aliments, la protéine n'est pas convertie en glucose. S'il y a des violations, l'indice hormonal s'écarte de la norme, une condition critique se produit, car le sucre commence à se concentrer en excès.

Le pancréas produit une hormone entre les repas (à jeun). Dans ce cas, une partie de l'hormone aide à maintenir le niveau d'insuline requis. La seconde partie évite les sauts de glycémie.

Dans l'intervalle entre le début de la prise de nourriture et jusqu'à 5 heures après la fin de la consommation, l'organisme produit de l'insuline en bolus et il se produit une libération rapide de l'hormone préalablement préparée dans le sang. Le processus continue jusqu'à ce que tout le glucose en quantité suffisante soit assimilé par tous les tissus, cellules. Parallèlement, des hormones contre-régulatrices (hormones de l’action opposée) commencent à fonctionner, ce qui ne permet pas une chute dangereuse de la glycémie.

La méthode de base du bolus signifie que l'accumulation de fond de l'hormone est créée lorsque l'insuline subit un effet court ou prolongé le matin ou au coucher. Cela produit une imitation du travail naturel du pancréas.


2) l'insulinothérapie traditionnelle. La méthode traditionnelle consiste à combiner tous les types d'insuline en une seule injection. Le plus est que le nombre d'injections est réduit au minimum (1-3 par jour).

L'inconvénient de cette technique est le manque d'imitation de la fonctionnalité naturelle du pancréas. Cela conduit au fait qu'il n'y a aucun moyen de compenser complètement les violations du métabolisme glucidique chez le patient.

Le schéma de l'insulinothérapie traditionnelle se présente comme suit: un patient reçoit une ou deux injections d'insuline pendant la journée, tout en injectant simultanément des drogues d'exposition courte et prolongée. La moyenne d'insuline insuline (ISD) représente les 2/3 du volume total d'insuline injectée, et pour une courte durée (ICD) - 1/3.


3) Pompez l'insulinothérapie. Une pompe à insuline est un appareil électronique qui permet d’administrer une injection d’insuline sous-cutanée 24 heures sur 24 avec des doses minimales d’exposition courte ou ultracourte. Modes de traitement par insuline à la pompe:

  • Vitesse du bolus, dans ce mode, le patient contrôle lui-même la fréquence et la dose du médicament;
  • Alimentation continue avec des doses minimales d'insuline.

L'application du premier régime est nécessaire avant de consommer des aliments ou en cas d'augmentation du taux de glucose. Le second régime imite le travail naturel du pancréas, ce qui vous permet de remplacer l'utilisation d'une exposition prolongée à l'insuline.

Avec cette méthode de thérapie à l'insuline, lorsque le taux de bolus de l'administration d'insuline est activé, il est possible de remplacer les préparations d'exposition courte et ultracourte.

La combinaison des régimes imite le fonctionnement du pancréas, l'organe fonctionne aussi bien que la personne en bonne santé. Le patient doit remplacer le cathéter tous les trois jours.

Une insulinothérapie par pompe est prescrite dans les cas suivants:

  • Cas fréquents de forte baisse de la glycémie;
  • Le diabète pratiquement non compensé. Le régime alimentaire, l'exercice, les injections habituelles d'insuline ne donnent pas l'effet attendu;
  • Le patient souhaite faciliter l'introduction de l'insuline;
  • Augmentation du taux de glucose (surtout sur un estomac vide).

Contre-indications à l'application de cette méthode:

  • Troubles mentaux;
  • L'impossibilité du self-service due aux changements séniles, à la mauvaise vision, au tremblement des mains.


4) Intensification de l'insulinothérapie.

En l'absence d'excès de poids chez le patient, s'il n'y a pas de troubles émotionnels, l'hormone est prescrite à la dose de 0,5-1 ED à raison de 1 kg de poids corporel, une fois par jour. Dans ce cas, ce type d'insulinothérapie agit comme un imitateur du travail physiologique du pancréas.

Conditions avec une insulinothérapie intensifiée:

  • L'insuline injectée devrait être une imitation absolue de l'hormone, qui produit naturellement le pancréas;
  • L'insuline doit être administrée en une dose suffisante pour traiter le glucose.

Avec la première option, l'insuline est administrée le matin et le soir, la deuxième option est adaptée à une dose quotidienne distincte du médicament, lorsque l'hormone est produite pour une exposition courte et prolongée.

Après l'application de l'une des méthodes de thérapie à l'insuline, les indicateurs suivants doivent être observés chez le patient:

  • Le glucose après consommation d'aliments est de 6,7 à 11,1 mmol / l;
  • L'indicateur HbA1 devrait être d'au moins 8%;
  • Le cas d'une forte diminution du taux de sucre dans le sang ne dépasse pas une fois en sept jours;
  • L'indice de glucose pour un estomac vide n'est pas supérieur à 4,4-7 mmol / l.

Insulinothérapie du diabète sucré de type 1

Dans le diabète de type 1 l'insuline est produite dans la dose critique faible qui ne peut pas traiter le sucre ou pas d'hormone produite par le pancréas, pour cette raison, l'insuline est une mesure vitale.

Dans le cas du diabète insulino-dépendant, le schéma thérapeutique comprend: une administration d'insuline basale 1 à 2 fois par jour et un bolus avant la consommation d'aliments. L'insulinothérapie avec le diabète de type 1 remplace complètement le travail physiologique du pancréas.

La dose d'insuline est calculée par le médecin traitant en tenant compte de nombreux facteurs. L'insuline basale prend en moyenne 30 à 50% du médicament administré. La méthode bolus d'administration de l'insuline nécessite un calcul plus individuel. Pour contrôler l'insulinothérapie, le patient doit constamment mesurer la glycémie afin de ne pas dépasser ou ne pas réduire la dose nécessaire.

Groupes d'insulines. Il existe trois principaux types d'insuline:

  • Insulines à action brève (DCI) - La mise en scène est effectuée sur un estomac vide, juste avant de consommer le principal aliment. L'action de l'hormone commence 15 minutes après la prise, le pic de l'effet après 90-180 minutes. La durée du "travail" de l'hormone dépend du dosage administré, en moyenne de 8 heures;
  • Moyenne exposition (ISD) - est introduit le matin et le soir. L'effet est noté 2 heures après l'injection, le pic d'action après 4-8 heures, dans de rares cas après 6-12 heures. La durée d'exposition est de 10-18 heures;
  • Exposition prolongée (prolongée) - Le «travail» commence 4 à 6 heures après l’administration, l’activité maximale est observée après 14 heures. Le temps d'exposition total dépasse un jour.
  • Avant le petit-déjeuner, de l'insuline est injectée avec une exposition courte et prolongée;
  • Avant le dîner, une insuline courte est effectuée;
  • Avant le souper, l'injection d'un DCI;
  • Avant d'aller au lit, injection IDD.

Insulinothérapie du diabète sucré de type 2

Le diabète de type 2 ou diabète insulino-dépendant est généralement pas nécessaire dans la formulation de l'insuline, mais il y a des cas où la maladie à certains stades hypoglycémiants échouent dans le traitement du glucose, et le régime de traitement administré formulation d'insuline.

L'insuline avec diabète de type 2 est prescrite dans les situations suivantes:

  • Temporairement, avant l'opération à venir ou en présence d'infections;
  • Constamment, avec un traitement inefficace avec des médicaments qui réduisent la glycémie.

L'insulinothérapie comprend sur une base permanente, si le patient ne respecte pas le traitement médical de l'alimentation, ne prenez pas de pilules pour réduire le sucre, en raison de cela, il y a une diminution de la capacité fonctionnelle des cellules bêta augmenter la résistance à l'insuline (les cellules et les tissus ne prennent pas d'insuline).

Les indications absolues de l'utilisation de l'insulinothérapie pour le diabète de type 2 sont:

  • Acidocétose (présence de corps cétoniques dans l'urine);
  • Les symptômes de la carence en insuline (des signes de décompensation du diabète apparaissent);
  • Exacerbation des maladies chroniques, nécessité d'une intervention chirurgicale, infection;
  • Pathologies graves dans le fonctionnement du foie, des reins;
  • Pour la première fois diagnostiqué avec le diabète de type 2. Il y a donc un taux élevé de sucre à jeun et pendant la journée;
  • Grossesse, allaitement;
  • Le premier diabète de type 2 diagnostiqué avec la présence d'une réaction allergique aux médicaments hypolipidémiants;
  • Maladies hémorragiques, troubles pathologiques dans le fonctionnement des reins, du foie;
  • Precoma, coma; Déshydratation du corps.

• Après avoir consommé des médicaments qui réduisent le sucre, le taux de glucose sur un estomac vide reste supérieur à 8 mmol / l, après avoir consommé plus de 10 mol / l;

• L’hémoglobine de glucose est toujours supérieure à 7%;

• Accumulation du peptide C en dessous de 0,2 nmol / l, après administration intraveineuse de 1,0 mg de glucagon;

• Chez les personnes soupçonnées de diabète, le sucre dans le sang à jeun est supérieur ou égal à 15 mmol / L.

Le résultat de l'insulinothérapie

Dans le processus d'injection d'insuline dans le diabète sucré de type 2, les processus pathologiques sont compensés et la production d'hormones est normalisée. Il existe un maintien à long terme du taux de glycémie normal sur un estomac vide et après la consommation d'aliments. Tout cela permet de réduire le risque de complications concomitantes, conduisant à une amélioration du bien-être général du patient.

Les résultats pouvant être obtenus avec la formulation d'insuline:

  • Le foie produit du glucose;
  • Augmentation de la sécrétion du pancréas, production de sa propre hormone;
  • Réduire le taux de sucre à jeun, après consommation d'aliments.
  • Diminution de la gluconéogenèse (formation de glucose à partir de protéines, de graisses, le processus se déroule principalement dans le foie);
  • Suppression du processus de fractionnement des graisses (lipolyse) après consommation d'aliments;
  • Réduction des lipoprotéines glycoprotéiques (particules hydrosolubles d'un complexe de protéines et de graisses);
  • Ralentissez la production de glycogène (une hormone pancréatique qui augmente la glycémie) après avoir mangé.

Insulinothérapie chez les enfants

Pour les enfants, un schéma individuel d'administration de l'insuline est sélectionné, les plus courants étant la formulation à 2 ou 3 fois du médicament. Pour réduire le nombre d’injections, utilisez une combinaison d’insuline avec un temps d’exposition court et moyen.

Chez les enfants, la sensibilité à l'insuline est plus élevée que chez les adultes. Par conséquent, il est nécessaire d'effectuer une correction progressive de la posologie du médicament. Changer la dose doit être comprise entre 1 et 2 unités, le changement maximum autorisé en 4 unités.

Pour évaluer les changements, vous devez observer l'enfant pendant plusieurs jours. Vous ne pouvez pas ajuster conjointement le dosage d'insuline matin et soir.

Insulinothérapie chez la femme enceinte

Au cours de la gestation du fœtus, l’objectif de la thérapie à l’insuline est de maintenir le taux de sucre à jeun entre 3,3 et 5,6 après consommation d’aliments 5,6-7,2 mmol / l.

Les processus métaboliques ayant lieu dans le corps d'une femme enceinte sont très instables. Par conséquent, des ajustements fréquents de l'insulinothérapie sont nécessaires.

En règle générale, l'insuline est administrée avant le petit-déjeuner et avant le dernier repas de la nuit. L'insuline avec exposition à un DCI ou à un DCI peut également être utilisée en doses combinées.

Enceinte avant le petit-déjeuner, vous devez entrer 2/3 de la dose quotidienne totale d'insuline, avant le dîner 1/3 de partie. Afin d'éviter une forte augmentation de la glycémie au cours de la nuit ou du matin, le dosage du soir, effectué avant le dîner, est remplacé par une injection juste avant le coucher.

Calcul du dosage et de l'administration d'insuline

La dose est choisie de manière strictement individuelle, elle dépend des caractéristiques physiologiques du patient (poids, sexe), des résultats des tests de laboratoire, de la glycémie pendant sept jours et des complications actuelles.

Chez les patients atteints de diabète de type 2 en présence d'obésité, le besoin de posologie augmente. La plupart des patients se voient prescrire un traitement par insuline en bolus lorsque l'administration d'une hormone courte ou prolongée est effectuée 2 fois par jour.

Avant l'injection sous-cutanée, il est nécessaire d'étirer le site putatif du puits d'injection. Pour la production d'insuline, utilisez une seringue à insuline spéciale munie d'une aiguille fine ou d'un stylo-seringue.

  • Facilité d'utilisation: il est possible de faire une déclaration à tout moment;
  • Compact: facile et pratique à transporter;
  • L'insuline n'est pas détruite dans le stylo-seringue sous l'influence de l'environnement, à des différences de température;
  • Une aiguille spéciale rend l'injection presque indolore.

Complications de l'insulinothérapie

Les problèmes possibles pouvant survenir après l'injection sont les suivants:

  • Réduire le niveau de sucre, la formation d'hypoglycémie. Avec cette complication, le patient constate une sensation de faim, une accélération du rythme cardiaque, des tremblements des mains et une augmentation de la transpiration. Pour former de grandes doses d'insuline, un apport alimentaire insuffisant;
  • Lipodystrophie postinsulinique. Dans cette condition, la couche de tissu sous-cutané disparaît au site de l'injection. Cela est dû au fait que le patient prend le médicament pendant une longue période au même endroit;

Réaction allergique dans la zone d'injection. Il se manifeste par une hyperémie (rougeur), des démangeaisons. Il se développe dans le contexte d'une formulation incorrecte du médicament, lorsque l'aiguille est émoussée, avec l'injection d'insuline froide ou le mauvais site d'injection.

Diabète sucré de type 2 et insulinothérapie

Toute personne atteinte de diabète de type 2 a peur de ce terrible mot - l'insuline. « Je l'ai placé sur l'insuline, tout est le début de la fin » - ces pensées étaient certainement dans votre esprit lorsque l'endocrinologue vous a dit au sujet de votre analyse pauvres et la nécessité de changer de traitement. Ce n'est pas le cas!

Votre futur pronostic est déterminé par le niveau de vos sucres, votre soi-disant "compensation" pour le diabète. Vous rappelez-vous ce qu'est l'hémoglobine glyquée? Cet indicateur reflète les taux de glucose que vous avez atteints au cours des 3 derniers mois. Des études à grande échelle montrent la relation entre la fréquence des accidents vasculaires cérébraux, les crises cardiaques, les complications du diabète et le taux d'hémoglobine glyquée. Plus la valeur est élevée, plus la prévision est mauvaise. Sur les recommandations de l'ADA / EASD (Association européenne et le diabète américain) et l'Association russe des endocrinologues HbA1c (hémoglobine glyquée de) doit être inférieure à 7% pour réduire le risque de complications du diabète. Malheureusement, en présence de diabète de type 2, il peut arriver que leurs propres cellules bêta cessent de produire suffisamment d'insuline et que les pilules ne puissent plus aider. Mais ce n'est pas le début de la fin! L'insuline, utilisée de manière appropriée, abaissera le taux de sucre dans le sang et empêchera le développement de complications du diabète sucré. Dans l'arsenal des traitements - est le médicament le plus puissant et, en outre, la méthode dite de traitement « physiologique », nous donnons corps ce qui manque. Oui, il y a certains inconvénients, car toute la même insuline est injectée, mais ce n'est pas aussi effrayant qu'il n'y paraît à première vue. Dans cet article, nous discuterons du début du traitement par insuline, de l’ajustement des doses d’insuline et de plusieurs autres aspects clés à prendre en compte dans ce problème.

Attention! Cet article est à titre informatif et ne doit pas être considéré comme un guide direct de l'action. Toute modification du traitement n'est possible qu'après consultation avec votre fournisseur de soins de santé!

Quel niveau de sucre dans le sang et d'hémoglobine glyquée devriez-vous avoir?

Selon les recommandations de l'Association russe d'endocrinologie de 2009:

Insulinothérapie pour le diabète

Le diabète sucré a longtemps été une maladie très courante, complètement guérie par les médecins jusqu’à présent incapables. Et le nombre de patients augmente rapidement chaque année. Le diabète est un paiement pour le mode de vie des gens modernes: diminution de l'activité physique, consommation excessive de glucides simples et aliments riches en calories, conduisant à l'obésité.

Mais les médecins savent néanmoins contrôler la maladie et prévenir le développement de complications graves. La combinaison du bon régime et de l'exercice modéré avec des médicaments aidera à normaliser le métabolisme. Les principaux types de traitement médicamenteux de cette pathologie sont les hypoglycémiants à deux comprimés et l'insulinothérapie.

L'insulinothérapie dans le diabète nécessite la nomination d'un endocrinologue en fonction des indications, des corrections et des contrôles réguliers, tant du médecin que du patient.

Comment la production d'insuline dépend-elle de l'apport alimentaire?

À jeun, dans le plasma sanguin d'une personne en bonne santé, il y a une certaine quantité d'hormone insuline. En règle générale, cette quantité est stable et est appelée concentration de base. La tâche principale de ces petites portions de l'hormone est d'empêcher la destruction de la protéine et sa conversion en glucose.

L'insuline est produite dans les cellules bêta du pancréas, circule dans les concentrations en glucose du plasma dans la base et la partie restante accumule afin d'être libéré au cours du repas suivant. Cette insuline de rechange est appelée un bol alimentaire. Sa concentration augmente dans le sang au moment de la prise de nourriture et de l'absorption du glucose dans le sang. La tâche principale de cette partie de l'hormone est de réduire et de maintenir la concentration de glucose à un niveau stable.

Après que la personne a commencé à manger, un bolus d'insuline pénètre dans le sang et sort environ 5 heures. Le pancréas continue à libérer l'hormone jusqu'à ce que le glucose ingéré avec les aliments soit éliminé par l'organisme. Les hormones de contensons sont activement impliquées dans ce processus, dont la tâche principale est la prévention de la réduction excessive du sucre dans le sang.

Types d'insuline

Toutes les préparations d'insuline sont divisées en groupes en fonction de la durée de l'effet et du taux d'apparition:

  • Ultra court
  • Court
  • Durée moyenne.
  • Action prolongée.

Les formes de libération de l'hormone sont des flacons contenant une solution pour administration au moyen d'une seringue à insuline et des cartouches pour stylos spéciaux à seringues. La concentration d'insuline dans la solution injectable est de 40 IE / ml ou 100 IE / ml.

Attention! L'insulinothérapie ne peut être prescrite que par un endocrinologue.

Sélection d'une dose d'insuline

La durée moyenne d'action d'une insuline indiquée dans les instructions peut différer de celle qui est réellement révélée chez une personne donnée. Par conséquent, le choix des préparations d'insuline est souhaitable dans un hôpital, où il est possible d'évaluer le taux de sucre dans le sang et, si nécessaire, d'ajuster la dose.

Lors de l'utilisation de médicaments à effet prolongé, vous devez pouvoir synchroniser les repas avec le pic d'action de l'hormone dans le sang.

Dans le journal, le patient indique la quantité de nourriture consommée dans l’équivalent des unités de pain, l’insuline injectée, l’activité physique, la présence de maladies ou d’autres situations qui affectent le métabolisme.

Le taux de sécrétion basale de l'hormone est 0,5-1 ED par heure ou 0, 16-0,45 U / kg de poids corporel du patient. C'est une moyenne de 12 à 24 unités par jour. Dans des conditions d'activité physique accrue ou dans un état de faim, la production basale est réduite à 0,5 U / heure. La concentration en bolus de l'hormone après un repas dépend de la quantité de glucides consommée lors du nouveau calcul des unités de pain (XE).

Pour une unité de grains, prenez 12 grammes de glucides ou 25 grammes de pain. Pour l'élimination de 1 XE, environ 1 unité d'insuline est nécessaire. Mais en raison de la variabilité de la production d'hormones à différents moments de la journée (la plus grande production est observée le matin), il peut prendre jusqu'à 2,5 unités d'hormone pour lui. En pourcentage du taux d'insuline basale, 40 à 50% de la sécrétion quotidienne totale et le bolus - 50 à 60%.

Indications du traitement de substitution par l'insuline

La plupart des patients acceptent à contrecoeur la nomination d'un médecin pour l'insuline dans le diabète sucré, mais il existe des situations où il n'y a tout simplement pas de traitement alternatif ou ils ne sont pas suffisamment efficaces:

  • diabète sucré de type I;
  • acidocétose diabétique;
  • coma hyperosmolaire ou lactatacidotique dans le diabète;
  • inefficacité de la thérapie hypoglycémique pour le diabète de type II;
  • décompensation persistante du diabète sucré de type II;
  • grossesse, accouchement chez les patients diabétiques;
  • néphropathie d'une genèse diabétique;
  • perte de poids dans le diabète sucré.

Principes de base et règles de traitement à l'insuline

Pour maximiser les fluctuations de l'hormone dans le sang aux processus physiologiques du pancréas, il est recommandé de suivre ces règles:

  • La dose moyenne d'insuline par jour correspond à la production physiologique.
  • La distribution de la dose journalière totale est la suivante: les 2/3 de la partie sont administrés le matin, pour le déjeuner et tôt le soir et le tiers restant pour la nuit.
  • Appliquez une combinaison d'insuline courte (ultracourte) à une hormone à action prolongée.
  • L'hormone à courte durée d'action est répartie approximativement comme suit: petit-déjeuner - 35%, déjeuner - 25%, dîner - 30%, avant le coucher - 10%. Les injections sont effectuées avant les repas.
  • La dose d'insuline courte n'est pas recommandée pour augmenter plus de 16 unités par administration, au lieu d'injecter une dose plus importante, il est recommandé d'augmenter le nombre d'injections, en cassant une dose unique en deux parties.

Types d'insulinothérapie

Il existe deux types de traitement par insuline chez les patients atteints de diabète sucré:

Avec la méthode insuline de bolus de base crée une longue durée d'action concentration de fond de base de l'hormone dans le sang et une courte libération des hormones du pancréas imite après un repas. L'insuline d'action longue ou moyenne est prise la nuit et le matin (mais pas nécessairement) et courte - avant de manger.

Pendant l'insulinothérapie traditionnelle, les préparations d'insuline sont prises à un certain moment et à une dose fixe. Le patient dans ce cas mange presque le même ensemble de produits dans une certaine quantité.

Le principal inconvénient du mode traditionnel de thérapie à l'insuline est qu'il inclut la correction de la dose d'hormone par rapport au taux de glucose.

Les études et les études ont montré que les conséquences et les complications à long terme du diabète sucré ne peuvent être évitées en appliquant la méthode de l'insulinothérapie traditionnelle. Sa base physiologique est nettement inférieure à la méthode du bolus, il est très difficile de contrôler efficacement le taux de glucose avec cette méthode. Mais aussi pour y adhérer, c'est plus facile, surtout pour le patient. Après tout, avec la méthode traditionnelle de traitement par l'insuline, vous n'avez pas besoin de mesurer le taux de sucre et de calculer la dose nécessaire du médicament à administrer.

Insulinothérapie traditionnelle

Cette méthode est également appelée combinée. Le nombre d'injections varie de 1 à 3 par jour. Simultanément, une forme courte et prolongée de l'hormone est injectée, mais pas dans une seringue. L'insuline à action prolongée représente les 2/3 de la journée, alors qu'une action courte est 1/3. En utilisant cette méthode, la glycémie peut être vérifiée 2 à 3 fois par semaine.

La méthode traditionnelle de l'insulinothérapie peut être utilisée par ceux qui ne peuvent pas prendre le bolus hormonal:

  • une personne n'a pas la capacité de surveiller la glycémie:
  • vieillesse du patient;
  • le patient a une pathologie mentale;
  • une personne a besoin de soins extérieurs, mais il n’est pas possible de la fournir intégralement.

Pour calculer la dose d'une hormone avec une méthode combinée, il vous faut:

  • Déterminer la dose quotidienne de l'hormone.
  • Distribuer cette dose pour deux injections: d'abord - avant le petit-déjeuner - les 2/3 de la dose quotidienne, la seconde - avant le dîner - 1/3 dose.
  • Distribuer la dose quotidienne moyenne entre les types d'insuline: à long terme - 60-70%, courte - 30-40%.

Insulinothérapie basique

On l'appelle aussi intensifié. La dose d'insuline par jour varie de 0,5 à 1 U / kg, à condition que le patient n'ait pas d'obésité. Dans ce cas, l'insuline basale ne représente pas plus de 40 à 50% de la dose quotidienne. 2/3 il est piqué le matin avant le petit déjeuner, les autres 1/3 - le soir avant le repas.

L'insuline à effet court (ultracourte) est calculée directement en fonction du régime prévu. Il est également nécessaire de mesurer le taux de glucose avant les repas et également 2 heures après et en plus la nuit. Au total, environ 7 mesures de glycémie sont obtenues par jour. Pour un repas, pas plus de 8 unités de pain sont autorisées.

Des algorithmes clairs pour ce type de thérapie d'insuline ne peuvent pas être, mais un schéma d'introduction simplifié ressemble à ceci:

  • Forme prolongée de l'hormone - 30% de la dose quotidienne.
  • Insuline à courte durée d'action - 70% de la dose quotidienne. Distribution par repas: 40% avant le petit-déjeuner, 30% avant le dîner et le dîner.

Correction de l'insulinothérapie

Les besoins individuels en insuline peuvent être calculés uniquement en tenant un journal de nutrition et de glycémie. Si la concentration est plus élevée que la glycémie normale après les repas, puis à ce moment le lendemain, quand la même quantité de glucides consommés sur la nécessité d'injecter l'hormone de 1,2 unités avec une action à court plus. Plus loin, la glycémie changera et à nouveau pour corriger une dose si nécessaire.

Chaque glucose de 1 mmol / L au-dessus de la norme nécessite une administration supplémentaire de 2 à 3 unités d'insuline courte. Auparavant, les patients, en particulier sous insulinothérapie traditionnelle, utilisaient souvent une correction de la dose en fonction du taux de glucosurie détecté. Cependant, cette méthode est maintenant utilisée très rarement.

Insulinothérapie pour le diabète de type I

La thérapie par insuline du diabète de type 1 est la seule façon de le traiter. Les cellules bêta du pancréas deviennent incapables de produire une hormone. Le plus souvent, la cause de ce médecin est considérée comme une lésion auto-immune génétiquement déterminée. Dans le premier type de diabète, un régime basal-bolus est recommandé. Les calculs de la dose d'insuline selon cette méthode ont été donnés ci-dessus.

La glycémie à jeun reflète l'effet de l'hormone prolongée et la concentration après avoir mangé est une insuline courte. Les valeurs normatives de la glycémie sont:

  • avant les repas - pas plus de 6,5 mmol / l;
  • après avoir mangé (2 heures plus tard) - pas plus de 8 mmol / l.

La dose d'insuline courte devrait diminuer avec l'activité physique et en présence d'une maladie infectieuse, il est nécessaire d'augmenter la dose de 20%.

Insulinothérapie pour le diabète de type II

Le diabète de type II était auparavant appelé insulinodépendant. Cependant, des observations ont montré que la thérapie hypoglycémiante en comprimés ne produit un effet à part entière que dans les cinq premières années suivant le début de la maladie. À l'avenir, ni le régime alimentaire, ni l'activité physique, ni les comprimés ne peuvent empêcher une diminution progressive de la production d'insuline par le pancréas. Seulement 10 ans après le début du diabète, plus de 80% des patients ont besoin d'une insulinothérapie. Une hyperglycémie chronique mal contrôlée peut raccourcir encore cette période et obliger le patient à passer à l'insuline.

Dans ce type de diabète, l'insulinothérapie est nécessaire dans les cas suivants:

  • complications vasculaires;
  • déshydratation
  • grossesse;
  • mener une opération;
  • une maladie infectieuse;
  • hyperglycémie constante;
  • acidocétose;
  • manque de poids

Si le traitement à l'insuline du diabète de type 2 a été commencé prématurément, son efficacité sera beaucoup plus faible. Mais de nombreux patients retardent et craignent la nomination de l'insuline, permettant ainsi au diabète de progresser.

En règle générale, ils commencent par la méthode combinée, lorsque l'insuline complète l'effet des médicaments oraux. Il est préférable de choisir un schéma de traitement de base par bolus d'insuline. Dans ce cas, la dose de départ de l'hormone ne dépasse pas 10 unités par jour ou 0,25 unité / kg. En outre, en fonction du niveau de glycémie, la dose est ajustée et augmentée chaque semaine. Le titrage est effectué jusqu'à ce que la glycémie soit de 5,5 mmol / l sur un estomac vide. Lorsque le glucose est de 5,5 à 10 mmol / l de dose doit être augmenté de 2-6 unités, et si la concentration en glucose est supérieure à 10 mmol / L, la dose est augmentée de 8 unités par semaine.

L’hémoglobine glycosylée est un indicateur fiable de la compensation du diabète. En norme, il est égal à 4,5-6%. Les médecins recommandent de commencer à prendre de l'insuline avec un excès persistant de plus de 7%.

Traitement par pompe à insuline

Une thérapie alternative à l’injection conventionnelle et aux seringues est une insulinothérapie par pompe. Cet appareil introduit en permanence une hormone dans le corps d'un diabétique sous le contrôle d'un support informatique, en s'adaptant aux besoins individuels en insuline en mesurant le niveau de glycémie.

Indications pour la thérapie par pompe:

  • la grossesse et sa planification, l'accouchement;
  • le diabète dans l'enfance;
  • Décompensation du diabète sucré (le taux d'hémoglobine glycosylée est supérieur à 7%);
  • hypoglycémie fréquente;
  • fluctuations quotidiennes significatives de la glycémie;
  • une grande différence dans l'effet d'un type d'insuline tout au long de la journée;
  • désir du patient.

Les avantages de cette méthode d'administration de l'hormone dans l'organisme sont les suivants:

  • diminution de la nécessité d'une administration fréquente d'insuline;
  • la nécessité d'une hormone à action prolongée ne l'est pas;
  • aider à calculer la dose d'insuline;
  • dosage de haute précision;
  • contrôle du niveau de glycémie;
  • la présence de mémoire intégrée pour le stockage des données.

Mais malgré tous les aspects positifs de l’administration d’insuline par pompe, la méthode présente un certain nombre d’inconvénients:

  • se bloque dans le programme informatique de l'appareil et d'autres problèmes techniques;
  • coût élevé
  • épisodes fréquents d'acidocétose nocturne;
  • infection du site d'injection;
  • le port constant du dispositif sur le corps et les inconvénients associés (par exemple, la douche).

Compte tenu de la présence de telles manifestations indésirables, les opinions des médecins diffèrent sur l'utilisation optimale d'un stylo seringue ou d'une pompe à insuline.

Complications du traitement à l'insuline

Comme tout médicament, l'insuline peut avoir des effets indésirables dans le corps du patient. Les principales complications de l'insulinothérapie sont les suivantes.

Les manifestations allergiques sont divisées en local et généralisées. La réaction locale se manifeste par une rougeur, une condensation, des démangeaisons et une augmentation de la température de la peau au niveau de l'administration d'hormones. Les réactions généralisées se manifestent sous la forme d'urticaire (urticaire), d'œdème de Quincke. Parfois, le choc anaphylactique est possible. L'allergie se produit à la fois sur l'insuline elle-même et sur des composants supplémentaires de ses préparations. Pour éviter cela, remplacez-le par un autre type d'insuline.

La résistance à l'insuline se produit lorsque les tissus périphériques du corps sont insensibles à l'hormone. Cela se traduit par une augmentation des besoins en insuline allant jusqu'à 200 unités par jour et même plus. Cela est dû à une diminution du nombre de protéines réceptrices à la surface des cellules, à l'apparition d'anticorps dirigés contre ces récepteurs et à l'insuline elle-même. Parfois, cela est facilité par d'autres maladies endocriniennes. Pour éliminer la résistance à l'insuline, vous pouvez modifier la préparation de l'insuline en y ajoutant un agent de saccharification du sucre en comprimé ou un corticostéroïde.

L'hypoglycémie se développe avec l'introduction d'une dose surestimée de l'hormone. Le développement de cette condition est observé au pic de l'action de l'insuline. Les manifestations vont d'un fort sentiment de faim au coma hypoglycémique. Il y a aussi un tremblement des mains, des palpitations renforcées et une transpiration, la personne perd connaissance. Les signes légers d'hypoglycémie sont ralentis par la consommation de glucides à digestion rapide: sucre, chignon, eau douce ou thé. Avec un coma, une injection intraveineuse par jet de 60 ml d'une solution de glucose à 40% est nécessaire.

La lipodystrophie après l'introduction de l'insuline est atrophique et hypertrophique. Le mécanisme d'apparition de ces modifications du tissu adipeux au site d'administration des hormones n'a pas été étudié en profondeur. La participation de processus neurotrophiques due à des dommages prolongés à des troncs nerveux de petit calibre est supposée. Pour prévenir ces complications de l'insulinothérapie, vous devez administrer correctement les injections d'hormones et les sites alternatifs d'injection. Le traitement des lipodystrophies est prolongé et consiste en la prise d'immunosuppresseurs: corticoïdes, certains cytostatiques.

Ainsi, le traitement du diabète par insulinothérapie nécessite beaucoup de force et de compétence du patient. La tâche principale du médecin est de motiver le patient à vivre correctement avec le diabète, ce qui évitera les complications de la maladie.

Insulinothérapie

Aujourd'hui, il n'existe pas d'alternative à l'insulinothérapie chez les patients atteints de diabète de type 1. Dans la liste des mesures médicales, il prend la première ligne. L’insulinothérapie est en fait un traitement hormonal substitutif.

Aujourd'hui pour les patients diabète sucré de type 1 il n'y a pas d'alternative à l'insulinothérapie. Dans la liste des mesures médicales, il prend la première ligne. L’insulinothérapie est en fait un traitement hormonal substitutif. La nécessité en est due au fait que l'hyperglycémie chez les patients atteints de diabète de type 1 est une conséquence du déficit absolu de leur propre insuline en raison des lésions des cellules bêta du processus pathologique du pancréas. Le réapprovisionnement réussi de cette carence en temps opportun nous permet de normaliser le métabolisme et de préserver les restes de cellules bêta fonctionnelles du pancréas. Actuellement, il existe deux types de thérapie par insuline - traditionnelle et intensifiée, ou physiologique. La base pour comprendre les principes de la nomination de l'insuline est l'idée d'une sécrétion normale (physiologique) de l'insuline.

Qu'est-ce que la "nourriture" et l'insuline "basale"?

Chez une personne saine la nuit et entre les repas, le niveau d'insuline dans le sang veineux

5-15 mU / ml, et pendant la digestion durable sur les 2-4 heures en moyenne après l'ingestion d'aliments en glucides - 50-150 mU / ml (pancréas très rapidement et en grandes quantités éjecte l'insuline en réponse à l'augmentation de la glycémie). Pendant un jour chez un adulte de poids normal, 35-70 unités d'insuline sont sécrétées.

La cinétique complexe de l'insuline, dans laquelle on distingue une sécrétion basale relativement constante et une qualité alimentaire variable, fournit un niveau optimal de glycémie pour le corps dans la gamme de 3,3 à 8,9 mmol / l.

«Basale »insuline (environ 0,5-1 ED par heure, 12-24 unités par jour) maintient un métabolisme normal dans les intervalles entre les repas.

«Nutrition »insuline (1-2 ED pour chaque 12-15 g de glucides consommés) assure l'assimilation du glucose, fourni avec les aliments, le foie, les muscles et les tissus adipeux. L'insuline basale aide l'insuline alimentaire à agir plus rapidement et mieux.

De plus, la sécrétion d'insuline dans le pancréas est sujette à des fluctuations quotidiennes: sa nécessité augmente au petit matin et diminue progressivement au cours de la journée.

En diabète de type 1 lorsque les cellules bêta du pancréas sont incapables de produire de l'insuline, il est optimal d'appliquer des formulations avec de telles actions de paramètres qui permettent de simuler la sécrétion physiologique d'insuline à un niveau de base constante de l'hormone dans le sang et ses pics de concentration en réponse à la charge alimentaire. Le maintien de la glycémie à un niveau normal offre vraiment une opportunité de prévenir les complications tardives du diabète sucré.

Un niveau adéquat d'indicateurs est considéré comme glycémie à jeun et avant de manger 5,1-6,5 mmol / l, 2 heures après les repas 7,6-9,0 mmol / l, avant le coucher 6,0-7,5 mmol / l, Hb ¹1 à 6,1-7,5%.

Qu'est-ce que l'insulinothérapie "intensifiée"?

le mode d'administration envisagé insuline 4-5 injections par jour de préparations d'insuline de profil différent d'action et sont les mêmes mesures fréquentes de glucose dans le sang du patient à la dose d'insuline de correction est appelée thérapie intensive à l'insuline ou intensifiée. Au cours des deux dernières décennies, il est venu la pleine reconnaissance de la nécessité de répéter tout au long des injections d'insuline par jour pour atteindre les objectifs du contrôle du diabète de type 1. Cela concerne en particulier les jeunes patients et les enfants qui, en raison de la longue durée de la maladie, risquent de développer des complications tardives du diabète.

Qu'est-ce qui permet une insulinothérapie intensive?

Schéma de base du bolus de l'administration d'insuline - la base de l'insulinothérapie intensive

Les besoins en insuline correspondant au niveau basal (de fond) sont fournis par l'administration d'insuline ou d'un analogue de l'insuline à action prolongée 1 ou 2 fois par jour (dans un certain nombre de cas et plus).

Vous pouvez utiliser n'importe quelle insuline NPH, Lantus ou Leveemir.

La dose totale d'insuline basale ne doit pas dépasser la moitié de la dose totale d'insuline administrée par jour. La sécrétion alimentaire (maximale) de l'insuline est remplacée par des injections d'insuline ou d'un analogue de l'insuline à courte durée d'action 3 fois par jour (dans certains cas, plus). Ces injections "pour l'alimentation" sont appelées "bolus". Appliquer l'insuline-R (ordinaire), NovoRapid ou Humalog. La dose de bolus d'insuline est déterminée en fonction de la quantité de glucides censée être consommée lors du prochain repas et du niveau actuel de glycémie. Pour chaque patient, le besoin en insuline alimentaire est différent et se révèle lors du traitement. Les patients diabétiques doivent apprendre à choisir le rapport entre la quantité d'aliments et de bolus d'insuline. La combinaison d'injections basales et de plusieurs bolus d'insuline est appelée traitement basal-bolus.

Il existe plusieurs schémas d’administration d’insuline dans le régime basal-bolus.

Trois d'entre eux sont utilisés plus souvent. La première est la suivante: comme base de l'insuline NPH est administré le matin et au coucher, avant les repas - analogue de l'insuline ou de l'insuline à action rapide. Appliquez une petite dose d'insuline NPH et le matin est souvent égal à la soirée. La dose d'insuline à courte durée d'action est calculée après une évaluation quantitative des glucides par un système d'équivalents. Chaschevsego administré 2-3 unités par 1 XE pendant le petit déjeuner, 1-2 unités par 1 XE pendant le déjeuner, 1-1,5 ED 1 XE pendant le dîner. Lors du calcul de XE, les glucides des repas principaux et intermédiaires sont pris en compte. Les patients utilisant l'insuline peuvent analogues probablement se passer des en-cas ou encore plus petite dose administrée Humalog avant le déjeuner ou une collation. Le deuxième schéma implique 3 injections de NPH-insuline basale en association avec trois injections d'un analogue de l'insuline à courte durée d'action. Le besoin en 3 injections d'insuline basale se produit souvent quand il y a un long délai entre le déjeuner et le dîner, lorsqu'il est utilisé en bolus d'insuline Humalog, et en cas de niveau élevé de glucose dans le sang le soir. Une petite dose de NPH-insuline est administrée avant le petit-déjeuner, au milieu de la journée (par exemple, avant le dîner) et au coucher. Une dose quotidienne supplémentaire d'insuline prolongée permet d'améliorer le profil quotidien complet de la glycémie.

Le troisième schéma du traitement basal-bolus - une combinaison d'une seule injection d'injections analogue de l'insuline et de 3 ou plus d'insuline à action prolongée d'analogique courte durée d'action. Ce schéma de traitement à l'insuline du diabète de type 1 est le plus pertinent au profil physiologique de la sécrétion d'insuline, offrant un maximum de liberté de style de vie, vous pouvez obtenir les meilleurs indicateurs de contrôle de la glycémie avec un risque minimal de réactions hypoglycémiques.

Dans le même temps, c'est la forme la plus coûteuse de l'insulinothérapie. La participation active du patient au contrôle du diabète est une condition indispensable à la réussite de l'insulinothérapie, sans quoi les efforts déployés et le temps passé seront inutiles.

/ Insulinothérapie pour le diabète sucré de type 1

Insulinothérapie pour le diabète sucré de type 1

• Insulinothérapie intensive ou basique

Dépôt d'insuline (IPD) est administré 2 fois par jour (matin et soir), est introduit l'insuline (CIM) à action rapide avant les repas principaux et sa dose dépend du nombre de prévu pour recevoir des unités de pain alimentaire (BU), le niveau de la glycémie avant les repas les besoins en insuline par 1 XE à ce moment de la journée (matin, après-midi, soir) - condition sine qua non est la mesure de la glycémie avant chaque repas.

L'insuline est une longue durée d'action (SPD) a présenté 2 fois par jour (matin et soir), l'insuline à action rapide (ICD) est administré 2 fois par jour (avant le petit déjeuner et avant le dîner) ou avant les repas, mais la dose et le nombre de XE sont solidement fixés ( la dose du patient auto de l'insuline et le nombre de HE ne change pas) - il n'y a pas besoin de mesurer la glycémie avant chaque repas

Calcul de la dose d'insuline

Dose d'insuline quotidienne totale (SCDI) = poids du patient x 0,5 U / kg *

- 0,3 U / kg pour les patients présentant un diabète de type 1 nouvellement diagnostiqué pendant la rémission ("lune de miel")

- 0,5 U / kg pour les patients avec une durée moyenne de maladie

- 0,7-0,9 U / kg pour les patients ayant des antécédents de maladie

Par exemple, le poids du patient est de 60 kg, le patient est malade pendant 10 ans, alors l'ICDD est de 60 kg x 0,8 U / kg = 48 U

dosage DJP est un tiers de la norme MPEG, plus la dose SDI divisée en 2 parties - 2/3 administrés le matin avant le petit déjeuner et un tiers est administré le soir avant le coucher (SDI dose souvent est divisée en deux parties en deux)

Si SODI 48 U, alors la dose de IPD est de 16 Unités, et avant le petit-déjeuner est introduit 10 U, et avant d'aller au lit 6 Ud

La dose de DCI est 2/3 de l'ICD.

Cependant, avec la dose spécifique système de insulinothérapie intensifiée CIM avant chaque repas déterminé par le nombre de prévu pour recevoir des unités de pain alimentaire (BU), le taux de glucose sanguin avant de manger, le besoin d'insuline sur I XE à un moment donné de la journée (matin, après-midi, soir)

Le besoin d'un DAI au petit-déjeuner est de 1,5-2,5 U / 1 XE. dans l'après-midi - 0,5-1,5 U / 1 XE, pour le dîner 1-2 U / 1 XE.

Avec la normoglycémie, le DCI est administré uniquement pour l'alimentation, avec hyperglycémie, une insuline supplémentaire est ajoutée pour la correction.

Par exemple, le matin, le patient a un taux de sucre de 5,3 mmol / l, il prévoit de manger 4 XE, son besoin en insuline avant le petit-déjeuner est de 2 U / CH. Le patient doit entrer 8 U d'insuline.

La dose d'insuline classique ou un ICD est divisé en 2 parties - 2/3 administré avant le petit déjeuner et avant le dîner est introduit troisième (48 U Si MPEG, puis la dose de 32 UI de la CIM, et avant le petit déjeuner administré 22 U, et avant uleynom 10 E), ou la dose de DCI est divisée approximativement en 3 parties administrées avant les repas principaux. La quantité de XE dans chaque repas est fixée de manière rigide.

Calcul du montant requis de HE

Le régime avec le diabète de type 1 est un isocalorique physiologique, son objectif est d'assurer la croissance et le développement normaux de tous les systèmes corporels.

Ration calorique quotidienne - le poids idéal x x

X est la quantité d'énergie / kg, en fonction du niveau d'activité physique du patient

32 kcal / kg - activité physique modérée

40 kcal / kg - activité physique moyenne

48 kcal / kg - activité physique intense

Poids corporel idéal (M) = hauteur (cm) - 100

Poids corporel idéal (W) = hauteur (cm) - 100 - 10%

Par exemple, un patient travaille comme caissier dans une caisse d'épargne. La taille de la patiente est de 167 cm et son poids idéal est de 167-100-6,7. environ 60 kg, et compte tenu de l'activité phylactique modérée, la calorie quotidienne de son régime alimentaire est de 60 x 32 = 1900 kcal.

Les calories quotidiennes sont de 55 à 60% de glucides

En conséquence, la part des glucides est de 1900 x 0,55 = 1045 kcal, soit 261 g de glucides. Je XE = 12 g de glucides, c'est-à-dire chaque jour, le patient peut manger 261: 12 = 21 XE.

De plus, la quantité de glucides pendant la journée est répartie comme suit:

C'est à dire pour le petit-déjeuner et le dîner, notre patient peut manger 4-5 HS, pour le déjeuner 6-7 XE, pour les collations 1-2 XE (de préférence pas plus de 1,5 XE). Cependant, avec un schéma intensifié de thérapie à l'insuline, une distribution aussi stricte des glucides dans les repas n'est pas nécessaire.

Insulinothérapie dans le diabète sucré. Schémas de l'insulinothérapie

Le schéma de l'insulinothérapie est une indication détaillée pour un patient atteint de diabète de type 1 ou 2:

  • Quels types d'insuline rapide et / ou étendue, il a besoin de poignarder?
  • à quel moment injecter de l'insuline;
  • quelles devraient être ses doses.

Le schéma de l'insulinothérapie est fait par un médecin-endocrinologue. Il ne doit en aucun cas être standard, mais nécessairement individuel, sur la base des résultats de l'autocontrôle total de la glycémie au cours de la semaine précédente. Si le médecin prescrit 1-2 injections d'insuline par jour avec des doses fixes et ne regarde pas les résultats de l'auto-surveillance de la glycémie - contactez un autre spécialiste. Sinon, vous aurez bientôt besoin de faire connaissance avec des spécialistes de l'insuffisance rénale, ainsi qu'avec des chirurgiens qui pratiquent l'amputation des membres inférieurs chez les diabétiques.

Tout d'abord, le médecin décide si une insuline prolongée est nécessaire pour maintenir un sucre normal à jeun. Ensuite, il détermine si des injections rapides d'insuline sont nécessaires avant les repas ou si le patient a besoin d'injections d'insuline à la fois prolongée et rapide. Pour prendre ces décisions, vous devez consulter les relevés de la mesure de la glycémie de la semaine écoulée, ainsi que les circonstances qui les ont accompagnés. Quelles sont ces circonstances:

  • heure des repas;
  • combien et quels aliments ils ont mangé;
  • si manger trop ou vice-versa a été consommé moins que d'habitude;
  • quelle était l'activité physique et quand;
  • temps d'absorption et dose de comprimés de diabète;
  • infection et autres maladies.

Il est très important de connaître les indicateurs de glycémie avant d'aller au lit, puis le matin à jeun. Au cours de la nuit, votre sucre augmente ou diminue? La réponse à cette question dépend de la dose d'insuline prolongée pendant la nuit.

Qu'est-ce qu'une insulinothérapie à base de bolus?

Le traitement à l'insuline du diabète sucré peut être traditionnel ou basal-bolus (intensifié). Voyons ce que c'est et comment ils diffèrent. Il est conseillé de lire l'article "Comment l'insuline régule-t-elle la glycémie chez les personnes en bonne santé et quels changements dans le diabète". Plus vous comprendrez ce sujet, plus vous obtiendrez des résultats positifs dans le traitement du diabète.

Chez une personne en bonne santé qui ne souffre pas de diabète, une petite quantité d'insuline très stable circule toujours dans le sang à jeun. Cela s'appelle la concentration d'insuline basale ou basale. Il empêche la gluconéogenèse, c'est-à-dire la conversion des réserves de protéines en glucose. S'il n'y avait pas de concentration d'insuline basale dans le plasma, l'homme «se fondrait dans le sucre et l'eau», comme les anciens médecins ont décrit la mort du diabète de type 1.

Dans un état de jeûne (pendant le sommeil et entre les repas), un pancréas sain produit de l'insuline. Une partie est utilisée pour maintenir une concentration basale stable d'insuline dans le sang, et le volume est stocké dans des réserves. Ce stock est appelé un bol alimentaire. Il sera nécessaire quand une personne commence à manger, afin d'absorber les nutriments consommés et en même temps ne pas permettre un saut de sucre dans le sang.

Depuis le début du repas et pendant environ 5 heures, le corps reçoit un bolus d'insuline. Il s’agit d’une libération brutale du pancréas d’insuline, préparée à l’avance. Il se produit jusqu'à ce que tout le glucose alimentaire soit absorbé par les tissus de la circulation sanguine. Dans le même temps, les hormones contre-régulatrices agissent également pour empêcher la glycémie de tomber trop bas et de provoquer une hypoglycémie.

insulinothérapie basal-bolus - signifie que le « fond » concentration (de base) de l'insuline dans les injections d'insuline sanguin moyenne ou longue durée d'action la nuit et / ou le matin. En outre, la concentration en bolus (pic) de l'insuline après un repas est créée par des injections supplémentaires d'insuline à action courte ou ultra courte avant chaque repas. Cela permet, bien que grossièrement, d'imiter le travail d'un pancréas sain.

L'insulinothérapie traditionnelle signifie chaque jour l'introduction de l'insuline dans le temps et les doses. Dans ce cas, un patient diabétique mesure rarement le taux de glucose dans son sang avec un glucomètre. Il est recommandé que les patients consomment la même quantité de nutriments chaque jour avec de la nourriture. Le principal problème avec ceci - il n'y a pas d'adaptation flexible de la dose d'insuline au niveau actuel de sucre dans le sang. Et le diabétique reste "attaché" au régime et au calendrier des injections d'insuline. Dans le schéma traditionnel de l'insulinothérapie, deux injections d'insuline sont généralement effectuées deux fois par jour: durée d'action courte et moyenne. Ou le matin et le soir, injectez un mélange de différents types d'insuline.

De toute évidence, l'insulinothérapie traditionnelle pour le diabète est plus facile que le bolus basal. Malheureusement, cela conduit toujours à des résultats insatisfaisants. Pour obtenir une bonne compensation pour le diabète, c'est-à-dire pour ramener le taux de sucre dans le sang à des valeurs normales, il est impossible, avec l'insulinothérapie traditionnelle. Et cela signifie que les complications du diabète, qui entraînent une invalidité ou un décès prématuré, se développent rapidement.

Une insulinothérapie traditionnelle est utilisée uniquement s'il est impossible ou peu pratique d'administrer l'insuline selon un schéma intensifié. Cela se produit généralement lorsque:

  • un patient diabétique d'un âge avancé, il a une espérance de vie faible;
  • le patient a une maladie mentale;
  • un diabétique est incapable de contrôler le niveau de glucose dans son sang;
  • le patient nécessite des soins extérieurs, mais il ne peut pas être fourni qualitativement.

Pour traiter le diabète par l'insuline par une méthode efficace de bolus basal, vous devez mesurer le sucre avec un glucomètre plusieurs fois au cours de la journée. En outre, le diabétique devrait être capable de calculer les doses d'insuline prolongée et rapide pour adapter la dose d'insuline au taux de sucre dans le sang actuel.

Comment élaborer un schéma d'insulinothérapie pour le diabète de type 1 ou de type 2

On suppose que vous avez déjà les résultats de l'auto-surveillance totale du sucre dans le sang d'un patient diabétique pendant 7 jours consécutifs. Nos recommandations sont destinées aux diabétiques qui observent un régime pauvre en glucides et appliquent la méthode des petites charges. Si vous suivez un régime « équilibré » surchargé avec des hydrates de carbone, puis de calculer la dose d'insuline peut être un moyen plus facile que ceux décrits dans nos articles. Car si un régime avec du diabète contient un excès de glucides, il ne sera pas possible d’éviter les sauts de sucre dans le sang.

Comment élaborer un schéma de thérapie par insuline - une procédure pas à pas:

  1. Décidez si vous avez besoin d’injections prolongées d’insuline pendant la nuit.
  2. Si des injections d'insuline prolongée sont nécessaires la nuit, calculez la dose initiale, puis ajustez-la dans les jours suivants.
  3. Décidez si vous avez besoin d’injections d’insuline prolongée le matin. C'est le plus difficile, car pour l'expérience, vous devez sauter le petit-déjeuner et le déjeuner.
  4. Si des injections d'insuline prolongée sont nécessaires le matin, calculez la posologie initiale d'insuline et ajustez-la pendant plusieurs semaines.
  5. Décidez si vous avez besoin d’injections d’insuline rapide avant le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner, et si oui, avant quels repas vous en avez besoin et avant lesquels - non.
  6. Calculer les doses de départ d'insuline courte ou ultra-courte pour les injections avant les repas.
  7. Ajustez la dose d'insuline courte ou ultracourte avant les repas, en fonction des résultats des jours précédents.
  8. Faites une expérience pour savoir exactement combien de minutes avant les repas vous devez piquer l'insuline.
  9. Apprenez à calculer le dosage de l'insuline courte ou ultracourte dans les cas où vous devez normaliser l'hyperglycémie.

Comment se conformer aux points 1-4 - lisez l'article "Lantus et Levemir - insuline d'action prolongée. Normaliser le sucre le matin à jeun. " Comment se conformer aux paragraphes 5-9 - lire dans les articles "Insuline ultra courte Humalog, Novorapid et Apidra. Insuline humaine courte "et" Injections d'insuline avant les repas. Comment abaisser le sucre à la normale, si elle a augmenté. " Besoin préliminaire d'étudier aussi l'article "Traitement du diabète sucré avec de l'insuline. Quels sont les types d'insuline? Règles pour le stockage de l'insuline. " Encore une fois, nous rappelons que les décisions concernant la nécessité d'injections d'insuline prolongée et rapide sont prises indépendamment les unes des autres. Un patient diabétique n'a besoin que d'insuline prolongée la nuit et / ou le matin. L'autre montre seulement des injections d'insuline rapide avant les repas, de sorte que le sucre après les repas reste normal. Troisièmement, vous avez besoin d'une insuline longue et rapide en même temps. Ceci est déterminé par les résultats de l'auto-surveillance totale de la glycémie pendant 7 jours consécutifs.

Nous avons essayé de comprendre et d'expliquer comment élaborer un schéma d'insulinothérapie pour le diabète de type 1 et de type 2. Pour décider quelle insuline à stabiliser, à quelle heure et à quelles doses, vous devez lire quelques articles longs, mais ils sont écrits dans le langage le plus compréhensible. Si vous avez des questions, demandez-les dans les commentaires et nous vous répondrons rapidement.

Traitement du diabète de type 1 avec des injections d'insuline

Tous les patients atteints de diabète de type 1, à l'exception de ceux souffrant d'une maladie très bénigne, devraient recevoir des injections d'insuline rapide avant chaque repas. Simultanément, ils ont besoin d'injections prolongées d'insuline la nuit et le matin pour maintenir un sucre normal à jeun. Si vous combinez l'insuline prolongée le matin et le soir avec des injections d'insuline rapide avant de manger, cela vous permet de simuler plus ou moins précisément le pancréas d'une personne en bonne santé.

Lisez tous les matériaux du bloc "Insuline dans le traitement du diabète de type 1 et 2". Une attention particulière devrait être accordée aux articles "Insuline prolongée Lantus et Glargin. Moyenne NPH-insuline protafan "et" Injections rapides d'insuline avant les repas. Comment abaisser le sucre à la normale, s'il a sauté. " Vous devez bien comprendre ce qui est utilisé pour une insuline prolongée et pour quoi - rapide. Découvrez ce qu'est une méthode à faible charge pour maintenir une glycémie parfaitement normale et utilisez en même temps une insuline à faible dose.

S'il y a obésité dans le contexte du diabète de type 1, vous pouvez utiliser les comprimés Siofor ou Glucophage pour réduire la dose d'insuline et il est plus facile de perdre du poids. Veuillez prendre ces comprimés avec votre médecin, ne les prescrivez pas vous-même.

Insuline et comprimés avec diabète de type 2

Comme on le sait, la principale cause du diabète de type 2 est la sensibilité réduite des cellules à l'action de l'insuline (résistance à l'insuline). Chez la plupart des patients présentant ce diagnostic, le pancréas continue à produire sa propre insuline, parfois même plus que chez les personnes en bonne santé. Si votre taux de sucre dans le sang augmente après les repas, mais pas trop, vous pouvez remplacer les injections d’insuline rapide avant de manger avec les comprimés de metformine.

La metformine est une substance qui augmente la sensibilité des cellules à l'insuline. Il est contenu dans les comprimés Siofor (action rapide) et Glucophage (libération retardée). Cette possibilité présente un grand intérêt chez les patients atteints de diabète de type 2, car ils sont plus disposés à prendre des médicaments que les injections d'insuline, même après avoir maîtrisé la technique des injections indolores. Avant les repas au lieu de l'insuline, vous pouvez essayer de prendre des comprimés de Siofor à haute vitesse, en augmentant progressivement leur dose.

Vous pouvez commencer à manger au plus tôt 60 minutes après avoir pris les comprimés. Parfois, il est plus pratique de faire une injection d’insuline courte ou ultra-courte avant de manger afin de pouvoir commencer à manger après 20 à 45 minutes. Si, malgré la prise de la dose maximale de Siofor, le sucre augmente encore après un repas, cela signifie que des injections d'insuline sont nécessaires. Sinon, les complications du diabète se développeront. Vous avez déjà plus que suffisamment de problèmes de santé. Il n'y avait pas assez pour leur ajouter une amputation du pied, une cécité ou une insuffisance rénale. S'il y a des preuves, alors traitez votre diabète avec de l'insuline, ne faites rien de stupide.

Comme avec le diabète de type 2, réduisez les doses d'insuline en utilisant des comprimés

En cas de diabète de type 2, vous devez utiliser des comprimés en association avec de l'insuline si vous êtes en surpoids et si la dose d'insuline prolongée la nuit est de 8 à 10 unités ou plus. Dans cette situation, les bons comprimés contre le diabète faciliteront la résistance à l'insuline et aideront à réduire la posologie de l'insuline. Il semblerait, à quoi ça sert? En fait tout de même il faut faire des nyxes quelle ne serait pas la dose d'insuline dans une seringue. Le fait est que l'insuline est la principale hormone, qui stimule le dépôt de graisse. De fortes doses d'insuline entraînent un gain de poids, ralentissent la perte de poids et augmentent la résistance à l'insuline. Par conséquent, votre santé sera très bénéfique si vous réduisez la dose d'insuline, mais pas au prix d'une augmentation de la glycémie.

Quel est le schéma d'utilisation des comprimés avec l'insuline pour le diabète de type 2? Tout d'abord, le patient commence à prendre des comprimés de Glucophage la nuit avec son injection d'insuline prolongée. La dose de Glucophage est progressivement augmentée et la dose d'insuline prolongée est diminuée la nuit si les mesures de sucre le matin sur un estomac vide montrent que cela peut être fait. La nuit, il est recommandé de prendre Glucophage, et non Siofor, car il dure plus longtemps et dure toute la nuit. Le glucophage est également beaucoup moins courant que le Siofor, provoquant des troubles digestifs. Une fois la dose de Glucophage augmentée au maximum, il est possible d’y ajouter de la pioglitazone. Cela réduira peut-être encore le dosage de l'insuline.

On suppose que la prise de pioglitazone dans le contexte d'injections d'insuline augmente légèrement le risque d'insuffisance cardiaque congestive. Mais le Dr Bernstein croit que l'avantage potentiel dépasse le risque. Dans tous les cas, si vous remarquez que les jambes enflent un peu, arrêtez immédiatement de prendre la pioglitazone. Il est peu probable que Glucophage ait causé des effets secondaires graves, sauf pour les troubles digestifs, et il est rare. Si, suite à la prise de pioglitazone, il n'est pas possible de réduire la dose d'insuline, celle-ci est annulée. Si, malgré la prise de la dose maximale de Glucophage pour la nuit, n’a pas réussi à réduire la posologie de l’insuline prolongée, ces pilules sont également annulées.

Il convient de rappeler ici que l’éducation physique augmente la sensibilité des cellules à l’insuline beaucoup plus puissante que toute autre pilule du diabète. Apprenez à faire de l'éducation physique avec plaisir dans le diabète de type 2 et commencez à remuer. L'éducation physique est un remède miracle pour le diabète de type 2, qui est le deuxième après un régime pauvre en glucides. Le refus des injections d'insuline est obtenu chez 90% des patients atteints de diabète de type 2 s'ils observent un régime pauvre en glucides tout en pratiquant une éducation physique.

Conclusions

Après avoir lu l’article, vous avez appris à élaborer un schéma de thérapie à l’insuline pour le diabète, c’est-à-dire à décider de l’insuline à injecter, à quel moment et à quelles doses. Nous avons décrit les nuances du traitement à l'insuline pour le diabète de type 1 et le diabète de type 2. Si vous voulez obtenir une bonne compensation pour le diabète, c'est-à-dire pour maximiser votre glycémie à la normale, vous devez bien comprendre comment utiliser l'insuline pour cela. Je vais devoir lire quelques longs articles dans le bloc "L'insuline dans le traitement du diabète de type 1 et de type 2". Toutes ces pages sont écrites de la manière la plus compréhensible et accessible aux personnes sans formation médicale. Si vous avez des questions, vous pouvez les poser dans les commentaires - et nous répondrons immédiatement.